mammographie-echographie

Mammographie et échographie mammaire : Diagnostic nécessaire

Le cancer du sein parmi les premières causes de mortalité chez les femmes

Dans les pays industrialisés, le cancer du sein est, en termes d’incidence et de mortalité, la première tumeur maligne de la population féminine. En général, il a été calculé qu’une femme sur 10 développera un cancer du sein au cours de sa vie. Dans le passé, le signe habituel de présentation était une bosse ou un épaississement palpable et non douloureux du sein, généralement découvert par la patiente elle-même. Parmi les autres signes, citons l’irritation de la peau, l’altération, la rétraction, la douleur et la fragilité du mamelon, ainsi que la présence d’un écoulement.

Afin de diagnostiquer cette maladie à un stade précoce, il est important d’effectuer constamment une échographie mammaire et une mammographie.

La mammographie

Qu’est-ce qu’une mammographie ?

La mammographie est un examen radiographique du sein qui s’effectue en peu de temps, permet d’explorer le sein dans son intégralité et offre la plus grande sensibilité, notamment pour les tumeurs à un stade précoce. La mammographie permet souvent de reconnaître la maladie même en l’absence de symptômes ou lorsque la lésion n’est pas encore palpable. Cela permet une intervention précoce, augmentant les chances de guérison et sauvant des vies. Pour ceux qui craignent l’effet négatif des rayonnements ionisants, des équipements modernes à faible dose de rayons X permettent de répéter l’examen de routine sans risque. La mammographie ne nécessite aucune préparation avant l’examen. Chez les femmes fertiles, il est conseillé d’effectuer l’examen dans la première moitié du cycle, lorsque les seins sont moins tendus (et donc plus facilement compressibles) et qu’une grossesse peut être exclue.

Il est bon de rappeler qu’il est important pour le radiologue de disposer d’éléments de comparaison avec les autres examens effectués. Il est donc conseillé d’apporter toute la documentation relative aux examens diagnostiques du sein effectués précédemment.

La mammographie est particulièrement indiquée après l’âge de 40 ans. Les seins changent : le tissu adipeux augmente et apparaît plus foncé sur la mammographie, tandis que le volume de la glande diminue et apparaît plus clair. Sur un fond sombre, toute formation suspecte devient donc immédiatement visible. Chez les femmes plus jeunes, en revanche, la masse glandulaire (claire) l’emporte sur la graisse (foncée), il est donc plus difficile de voir les formations, surtout si elles sont très petites. À cet égard, il convient de noter que l’échographie est la meilleure option chez les femmes plus jeunes.

Comment se déroule une mammographie ?

La mammographie est réalisée à l’aide d’un appareil à rayons X.

Le sein est placé sur un support spécial et comprimé à l’aide d’une plaque en plastique appelée compresseur.

En principe, deux projections (cranio-caudale et oblique médiolatérale) sont réalisées pour chaque sein, ce qui donne un total de quatre radiographies.

Des projections supplémentaires peuvent être effectuées si nécessaire. L’acquisition des images ne prend que quelques secondes par projection. Dans l’ensemble, l’examen dure 10 à 15 minutes.

Aucun médicament n’est administré et aucun produit de contraste n’est utilisé.

Aucune préparation n’est nécessaire avant l’examen ; aucune anesthésie n’est utilisée. À la fin de l’examen, la femme peut quitter le centre immédiatement ; il n’est pas nécessaire de prévoir une période d’observation ou d’accompagnement.

Echographie mammaire

Qu’est-ce que l’échographie mammaire ?

L’échographie mammaire est une modalité de diagnostic par ultrasons, biologiquement inoffensive, qui produit des images des composants anatomiques et structurels du sein, de la paroi thoracique sous-jacente et des stations ganglionnaires satellites. L’opérateur explore l’organe selon des protocoles précis et évalue instantanément les images échographiques pour identifier d’éventuels nodules solides ou kystiques et examiner les principaux canaux galactophores. Au cours de l’examen échographique, le médecin peut utiliser l’imagerie Doppler pour évaluer la présence ou l’absence de flux sanguin dans un nodule mammaire. Dans certains cas, cette information peut être utile pour déterminer les caractéristiques de l’altération détectée. L’intégration de l’échographie et de l’élastographie est particulièrement intéressante pour le typage des nodules mammaires. Cette méthode, récemment introduite, permet de différencier avec une grande précision les nodules élastiques, généralement bénins, des nodules inélastiques, qui sont considérés comme douteux ou suspects jusqu’à preuve du contraire.

Comment se déroule l’échographie mammaire ?

Pendant l’échographie mammaire, l’opérateur déplace lentement la sonde sur la peau de la patiente pour examiner les tissus sous-jacents, en s’arrêtant à certains points qui peuvent être « suspects ». Les impulsions sonores dirigées vers le corps rencontrent d’innombrables interfaces tissulaires qui les réfléchissent, générant des échos. Ces échos, après être revenus à la sonde, sont convertis en impulsions électriques et numérisés pour être traités par l’ordinateur de l’équipement. Les impulsions électriques traitées renvoient l’image à l’écran. L’examen échographique du sein est généralement complété par une anamnèse attentive et une palpation du sein.

Devis Gratuit

Pourquoi l’échographie mammaire est-elle différente de la mammographie ?

L’échographie mammaire fait partie d’une procédure de diagnostic du sein. Chez les femmes de moins de 40 ans, l’échographie est réalisée en premier choix. Si une lésion présentant des caractéristiques suspectes est découverte, l’étude est complétée par une mammographie et éventuellement une biopsie à l’aiguille. Chez les femmes de plus de 40 ans, l’échographie est complémentaire de la mammographie, car la combinaison des deux méthodes augmente la précision de la détection du cancer du sein, en particulier dans les seins denses. Ceci est dû au fait que, pour des raisons liées à la restitution de l’image, l’échographie permet de repérer plus facilement les lésions lorsque le sein est jeune (composante glandulaire plus importante), alors que la radiographie permet de repérer plus facilement les lésions lorsque la composante adipeuse est plus importante (patientes moins jeunes). Dans le domaine de la chirurgie mammaire, l’échographie est un examen fondamental pour le diagnostic et le typage d’une grande partie de la pathologie nodulaire du sein. Il peut également être utilisé pour guider avec précision les procédures interventionnelles (biopsie mammaire à l’aiguille, ablation de kyste, etc.). L’échographie permet de préciser la nature de l’épaississement ou du gonflement détecté par la patiente ou le médecin lors de l’examen clinique du sein et constitue la première étape de la caractérisation de toute altération détectée à la mammographie.