L’hypertrophie bénigne de la prostate est une augmentation du volume de la prostate. Avec l’âge, la partie centrale de la glande a tendance à grossir excessivement. En raison de cette hypertrophie, le canal urinaire (urètre) peut être comprimé et écrasé ainsi que la partie périphérique de la glande. Après plusieurs années de développement, l’hypertrophie bénigne de la prostate peut même atteindre la taille d’une orange. L’hypertrophie bénigne de la prostate se caractérise non seulement par une augmentation de la fréquence des mictions diurnes et nocturnes (pollakiurie et nycturie), mais aussi par une sensation de vidange incomplète, des mictions intermittentes, voire une rétention urinaire aiguë.

La résection transurétrale de l’adénome de la prostate (TURP) consiste à réséquer une partie de la prostate à travers l’urètre. Elle présente l’avantage d’être peu invasive, c’est-à-dire d’éviter les incisions chirurgicales, avec une récupération postopératoire plus rapide. Il existe également un certain nombre de nouvelles techniques pour réduire le volume de la prostate hypertrophiée, dont certaines n’ont pas encore été suffisamment testées pour établir leurs effets définitifs. Elles impliquent diverses méthodes de réduction d’une partie du tissu glandulaire, on reconnaît particulièrement la vaporisation de la prostate. La vaporisation de la prostate utilise un laser haute puissance de 180 watts avec une fibre laser insérée dans la prostate. L’absence totale de saignement, indiquée chez les patients cardiaques qui prennent également des anticoagulants, rend cette nouvelle méthode fiable, rapide avec une hospitalisation de 24 heures et un retour quasi immédiat à la vie sociale, et elle est actuellement utilisée rapidement dans les centres spécialisés.

vaporisation de la prostate

Prix résection-vaporisation de la prostate en Tunisie

La résection-vaporisation de la prostate en Tunisie est à partir de … DT. Pour avoir plus d’informations sur le déroulement et les tarifs de la résection-vaporisation de la prostate en Tunisie, demandez un devis gratuit et personnalisé sur notre site.

Déroulement de la résection-vaporisation de la prostate

La résection de la prostate consiste à retirer la partie la plus interne de la glande par l’urètre. Le chirurgien utilise un instrument qui, en appliquant une énergie électrique spéciale, « tranche » le tissu prostatique.

L’intervention est généralement réalisée sous anesthésie régionale ou générale. C’est une intervention qui dure entre 25 et 60 minutes.

À la fin de la résection de la prostate, un cathéter vésical à trois voies est placé, ce qui permet de débarrasser la cavité vésicale du sang et des caillots sanguins grâce à une irrigation continue. Dans certaines situations, pour augmenter l’effet hémostatique (arrêt du saignement), le cathéter est placé en traction (sous tension) pendant quelques heures, de sorte que le ballon gonflé et tendu augmente sa capacité à contrôler le saignement post-chirurgical en cours. Cette sorte de drainage est arrêté lorsque l’urine est claire, généralement entre 24 et 48 heures après l’opération. En l’absence de complications, le cathéter est retiré au bout de 3-4 jours en moyenne. La durée moyenne d’hospitalisation est de 4-5 jours.

Dans le cas de résection par vaporisation de la prostate, le patient sera soumis à une anesthésie générale ou spinale. Le médecin utilisera un résectoscope laser pour pénétrer dans la vessie par l’urètre sans faire d’incision dans la partie inférieure de l’abdomen. Le résectoscope est équipé d’un laser pour le processus de vaporisation et d’une petite caméra, qui permet au médecin de voir des images HD de la prostate sur un moniteur.

Pendant la procédure, le laser produit beaucoup de chaleur sur une partie de la prostate ressemblant à une pointe. En conséquence, le tissu commence à se vaporiser. De cette manière, une grande partie de la prostate peut être traitée.

Suites opératoires de la résection-vaporisation de la prostate

Après le retour à domicile, une période de convalescence est suggérée : réduction du stress physique, faible activité sexuelle et/ou sportive, régime alimentaire modéré, traitement antiseptique urinaire, etc. Une abstention des activités professionnelles normales pendant une période de 7 à 21 jours est à prévoir, selon les conditions associées et l’étendue de la résection de la prostate. Les longs trajets en voiture et l’utilisation de vélos et de motos doivent être évités.

Le premier contrôle postopératoire est effectué dans les 30-45 jours suivant l’opération et, en l’absence de situations cliniques particulières, il est suffisant.

Avec la résection par vaporisation de la prostate, il peut y avoir des traces de sang dans l’urine ou vous pouvez ressentir une douleur pendant la miction après l’opération. Ces symptômes peuvent durer plusieurs semaines.

Pendant 4 à 6 semaines après l’intervention chirurgicale, il est recommandé de :

  • Boire 1 à 2 litres, surtout de l’eau, par jour.
  • Ne pas soulever des poids supérieurs à 5 kg.
  • Ne pas faire d’efforts excessifs et éviter le vélo.
  • Éviter les bains thermaux ou les saunas
  • Garder un régime alimentaire pour prévenir la constipation.
  • Demander à votre médecin de vous prescrire des médicaments.
  • Éviter les rapports sexuels pendant 2 à 3 semaines.

Après une vaporisation au laser, vous pouvez souffrir d’éjaculation rétrograde. Il s’agit d’une affection chronique dans laquelle le sperme n’est plus expulsé par l’urètre lors de l’orgasme, mais est dirigé vers la vessie, libéré plus tard lors de la miction.

Le patient doit contacter le médecin en cas de :

  • Fièvre
  • Difficulté à uriner seul
  • Présence d’une perte de sang ou d’une douleur.

Résultats résection-vaporisation de la prostate en Tunisie

La résection de la prostate par vaporisation permet d’obtenir les meilleurs résultats objectifs :

  • augmentation de la force du flux urinaire,
  • réduction du résidu post-minéral
  • réduction de l’obstruction par rapport aux thérapies alternatives grâce à l’amélioration du flux urinaire maximal de 120-125% et réduction du résidu post-minéral de 70%.

L’incontinence urinaire, dans ses différents degrés, a une incidence d’environ 1-6,6%. Il s’agit le plus souvent d’une incontinence « d’effort », c’est-à-dire lorsqu’il y a une augmentation brutale de la pression intra-abdominale (toux, éternuement, rire, soulèvement de poids). L’incontinence totale est rare. Ce type d’incontinence est généralement lié à une lésion du sphincter urétral externe et, selon la gravité, peut être corrigé par une chirurgie endoscopique ou, à terme, par la pose de prothèses.