Les examens du coeur ce qu’ils sont et quand les faire-17

Les examens du coeur : ce qu’ils sont et quand les faire

Les premiers tests de dépistage cardiaques

Examen physique

Le premier contact entre le médecin et le patient est l’examen physique. Après une série de questions sur les éventuels symptômes et le mode de vie, le médecin mesure la pression artérielle et le rythme cardiaque, vérifie la température et la coloration de la peau, les veines du cou. La respiration est également auscultée, car un rythme cardiaque irrégulier peut indiquer un dysfonctionnement des valves cardiaques. L’auscultation du cœur permet de détecter les éventuels souffles ou arythmies cardiaques avant l’électrocardiogramme. Enfin, le cardiologue vérifie l’existence d’un gonflement de l’abdomen, des chevilles et des jambes.

Électrocardiogramme (ECG)

L’ECG mesure l’activité électrique du cœur, en mesurant l’intensité et la durée de ces signaux lorsqu’ils traversent le muscle cardiaque. En général, l’ECG n’est pas recommandé en l’absence de symptômes, mais il l’est lorsque le patient se plaint de certains troubles, tels que des arythmies (altérations du rythme cardiaque), de l’hypertension, des douleurs thoraciques, etc.

L’ECG seul ne permet pas de poser un diagnostic précis, mais les anomalies de la conduction électrique, du rythme cardiaque ou les déviations axiales (c’est-à-dire de la position physiologique du cœur par rapport à l’axe horizontal), nous informent qu’il peut y avoir un problème à étudier avec des tests plus spécifiques.

Bilans sanguins pour le cœur

Il existe des biomarqueurs cardiaques tels que la troponine, c’est-à-dire des protéines qui sont libérées lorsque les cellules musculaires sont endommagées. Ils peuvent être inclus dans les analyses de sang. Ces biomarqueurs spécifiques au cœur peuvent également être prescrits par des analyses sanguines plus générales, telles que :

  • L’analyse de l’hémoglobine, un test qui évalue le pH et les niveaux d’oxygène et de dioxyde de carbone.
  • Bilan métabolique complet (BMC), un groupe de tests utilisés pour évaluer la fonction des organes.
  • Les électrolytes, qui mesurent l’équilibre en sel et en eau de l’organisme.
  • Le stress test.
  • Test de diagnostic typique proposé lors des examens sportifs, l’ECG « d’effort », comme on l’appelle communément, est réalisé au cours d’une activité physique modérée, généralement en marchant sur un tapis roulant ou en faisant du vélo d’appartement. Il est utile car il permet de mesurer la fatigue que le muscle cardiaque prouve lors de l’exécution d’une tâche physique impliquant un certain engagement. En effet, considérons que le mouvement nécessite un plus grand débit de sang vers le cœur par rapport à un état de repos, d’où l’importance de surveiller les réactions de cet organe à un stress dans ce sens. Si le moindre effort « fatigue » trop le cœur, il faut alors aller encore plus loin dans les investigations diagnostiques. Par exemple avec l’utilisation de l’Holter.

Devis Gratuit

Holter

Le Holter est un ECG continu qui mesure l’évolution dynamique de l’électrocardiogramme. Il permet de surveiller l’efficacité cardiaque et la régularité du rythme sur une période allant de 24 à 48 heures, grâce à un appareil que le patient est invité à porter pendant le temps nécessaire, jour et nuit. Le Holter enregistre la durée des contractions cardiaques et leur fréquence tant au repos qu’à l’effort, c’est-à-dire pendant les activités normales de la journée. Il se compose d’une partie fixée directement sur la poitrine avec des fils et des électrodes qui se connectent directement à un second support avec une batterie qui peut être gardée dans la poche ou attachée à la ceinture.

Echocardiographie

L’échocardiographie permet de détecter la présence de :

  • Dommages dus à un infarctus du myocarde, c’est-à-dire lorsque l’apport sanguin au cœur s’arrête.
  • Insuffisance cardiaque, c’est-à-dire lorsque le cœur est fatigué et ne peut pas pomper le sang dans tout le corps sous la pression nécessaire.
  • Maladie cardiaque congénitale (cardiopathie).
  • Problèmes de valves cardiaques.
  • Cardiomyopathies, lorsqu’il y a un épaississement ou une expansion des parois du cœur.
  • Endocardite, c’est-à-dire l’inflammation des parois internes du cœur.

En outre, cet examen est nécessaire pour surveiller l’activité cardiaque chez les patients victimes d’une crise cardiaque ou ayant subi divers types de chirurgie cardiaque. Une échographie cardiaque ne dure généralement pas longtemps, 20 à 30 minutes au maximum.

Dans les cas où l’échocardiographie n’est pas informative, comme chez les gros fumeurs, une IRM du cœur est réalisée.

Scintigraphie myocardique

Si le doute concerne le myocarde, le médecin recommande une scintigraphie myocardique, qui permet d’examiner l’état du flux sanguin dans les artères et la perfusion du myocarde grâce à l’administration d’un produit radiopharmaceutique qui est fixé au niveau du muscle cardiaque, aussi bien lorsque le cœur est à l’effort que lorsqu’il est au repos. Il est effectué en cas de cardiopathie ischémique (infarctus du myocarde, angine de poitrine) et aide le médecin à décider s’il doit ou non effectuer une coronarographie.

Scanner coronaire et coronarographie

Scanner coronaire

Le scanner coronaire produit des images de coupes anatomiques par rayons X, qui sont utiles pour identifier l’état des artères coronaires et la présence d’éventuelles lésions. Le patient est allongé sur un divan qui se déplace dans l’appareil de tomographie. En cas de suspicion de lésion de l’artère coronaire, une imagerie coronaire est réalisée.

Coronarographie

S’il y a des doutes que le problème concerne les artères coronaires, on procède à une coronarographie, un examen radiologique qui permet de visualiser les images des artères coronaires. La coronarographie consiste à introduire un agent de contraste dans la circulation sanguine pour rendre les artères coronaires visibles sur le moniteur externe. Cela se fait par l’introduction d’un cathéter flexible. Le patient subit une anesthésie locale. Il permet de déterminer si les artères coronaires sont libres (perméabilité) ou obstruées par des caillots, des rétrécissements (sténose) ou des plaques de cholestérol (athéromes).

Échographie transœsophagienne

L’échographie transœsophagienne est un examen invasif, mais elle fournit des informations très précises sur la santé du cœur et de ses vaisseaux. Au cours de la procédure, une fine sonde est introduite par la gorge dans l’œsophage, de manière à être située en correspondance avec le cœur. La proximité de la sonde avec le muscle cardiaque permet d’obtenir des images beaucoup plus précises afin de détecter les plus petites anomalies.