FIV PMA

10 choses à savoir sur la FIV

1. L’infertilité est une pathologie commune

L’infertilité est un phénomène très courant, affectant environ 1 couple sur 6 dans les pays développés et jusqu’à 1 couple sur 4 dans certaines régions comme dans les pays subsahariens. Les causes de l’infertilité sont généralement pour 1/3 du temps liées à la femme, 1/3 du temps liées à l’homme et 1/3 du temps aux deux. Environ 10 % des couples infertiles se tournent vers la FIV pour une aide à la procréation. Ces chiffres sont en constante hausse aussi bien dans les pays développés que dans les pays en voie de développement. Il y a aussi des personnes fertiles qui poursuivent l’Assistance Médicale à la Procréation ou FIV pour avoir d’autres enfants à un âge tardif, ou des couples du même sexe dans certains pays, ou pour des personnes ayant des maladies génétiques. Aujourd’hui, 2% des bébés naissent à l’aide de la FIV. Une fois toutes les techniques FIV épuisées et si c’est scientifiquement prouvé que le couple ne peut plus avoir d’enfants d’une manière naturelle ou assistée, dans ce cas uniquement nous pouvons parler de stérilité.

2. La FIV nécessite une préparation

La fécondation in vitro, ou FIV, se produit lorsque les follicules ovaires contenant des ovocytes ou ovules sont retirés des ovaires après la période d’ovulation. Ils sont fécondés au laboratoire grâce au spermatozoïde du partenaire. Les embryons produits sont replacés à l’intérieur de l’utérus. Le processus de préparation peut être long, car le corps de la femme est généralement stimulé afin que les ovocytes puissent être recueillis. Cela nécessitera une stimulation ovarienne, des contrôles de prise de sang, des échographies pendant plusieurs jours voir semaines avant la collecte des ovocytes. 2 à 5 jours après la ponction ovocytaire qui se déroule au Centre FIV, le transfert embryonnaire est effectué. Au total le traitement peut prendre environ 4-5 semaines.

3. Types de FIV et interventions associées

Il existe plusieurs techniques de FIV : l’Insémination Intra Utérine IAC appelée aussi insémination artificielle, la Fécondation In Vitro et l’ICSI Injection intra Cytoplasmique de Spermatozoïdes. Le choix de la technique sera dicté par le médecin gynécologue spécialiste en traitement de l’infertilité. Le but étant de préparer un bon ovule et assister un spermatozoïde à pénétrer les gamète femelles. D’autres interventions peuvent être associées à la procédure de FIV pour la préparation de la femme pour éliminer les polypes ou vérifier la cavité utérine avec une hystéroscopie diagnostique. Pour la collecte de sperme et en fonction de la situation de l’homme, une biopsie testiculaire peut être réalisée également.

4. Le prix global du séjour médical FIV peut être nettement supérieur aux coûts du cycle FIV

Les patients confondent parfois le coût du cycle FIV pour l’ensemble du coût du séjour. A titre d’exemple le prix FIV en Tunisie est à partir de 2700 eur. Ce prix comprend tous les coûts médicaux y compris les analyses à faire obligatoirement avant d’entamer le cycle. Si nous rajouter le séjour en Tunisie du couple pour au moins 15-20 jours, les transferts entre logement, clinique, cabinet du médecin, la nourriture et 2 billets d’avion, le coût global peut dépasser largement le double des coûts de la procédure FIV. Avant d’entamer la procédure FIV à l’étranger, pensez à tous les coûts supplémentaires.

5. L’âge de la femme compte

Le traitement de la fertilité chez une jeune femme est plus efficace. Chez les femmes, la baisse de la fécondité commence à partir de 35 ans et s’accélère avec le temps. A partir de 40 ans, il est beaucoup plus difficile à concevoir et à 45 ans les chances de succès sont quasiment nulles. Cela est dû à la baisse du nombre et de la qualité des ovules dans les ovaires au fil du temps. Bien que la fertilité des hommes reste plus stable, il diminue également au fil du temps, avec des niveaux de testostérone en baisse ce qui signifie que moins de sperme sont produits. Comme chez la patiente, le sperme de homme acquiert des mutations au fil du temps, ce qui signifie que le sperme diminue progressivement en qualité et en quantité. Tout n’est pas perdu pour les patients plus âgés, mais si vous envisagez de commencer le traitement de fertilité, il est préférable de le faire plus tôt que plus tard.

6. Les taux de succès de centres FIV peuvent être trompeurs

Les taux de succès ne sont pas adaptés à vos circonstances exactes et peuvent donc donner une image trompeuse sur les chances de votre succès.  Certains centres FIV refusent les patients qui ont peu de chance de procréer comme les femmes âgées ou celles qui ont une faible réserve ovarienne  ou celles ayant un problème gynécologique spécifique. Ceci permet d’avoir des taux de succès élevés. Ainsi, ce taux de réussite élevé peut ne pas être pertinent pour votre situation particulière. Il est également important d’examiner attentivement ce qui est mesuré. Certains Centres FIV mesurent le taux de succès par des tests de grossesse positifs, d’autres par des grossesses et d’autres par des naissances. Il n’est donc pas utile de comparer les taux de succès des différentes cliniques tant que les méthodes de calcul ne sont pas clairement exposées.

7. Vous pourriez avoir besoin de plus d’un cycle de traitement FIV

Les taux de succès de la FIV sont d’environ 35% en moyenne, ce qui signifie que la plupart des patients devront subir un certain nombre de traitements avant d’atteindre une grossesse réussie. Au fur et à mesure que de nouvelles techniques sont développées et affinées, les taux de succès s’améliorent constamment. Si vous commencez un traitement de fertilité, il est très important de penser que vous commencez une série de traitement, pas seulement des cycles de traitement individuels. Cela vous permet de vous préparer mentalement à la possibilité de refaire un ou plusieurs cycles.

8. Les embryons congelés sont aussi bons que les frais

Des études récentes ont suggéré que les ovocytes et les embryons congelés sont tout aussi viables que les frais. Aujourd’hui, les embryons produits en plus peuvent être congelés et utilisés à nouveau lors d’un deuxième cycle FIV. Beaucoup de couples optent pour la congélation systématiques des embryons non replacés dans l’utérus. Dans le cas d’une deuxième tentative FIV, la femme évitera un traitement hormonal lourd et une simple préparation sera faite pour le transfert de l’embryon congelé.

9. Vous êtes plus susceptible d’avoir une grossesse gémellaire avec une FIV

Il est largement connu que le traitement de fertilité peut entraîner une plus grande probabilité d’une grossesse multiple. Les quadruplés et le plus qui sont souvent fortement médiatisés sont rarement le résultat de la FIV. Ils surviennent habituellement à la suite à la prise de médicaments de fertilité à forte dose combinés avec l’insémination intra-utérine (IAC). En revanche, les jumeaux et les triplés sont plus fréquents avec la FIV. En général, 2 embryons sont placés dans l’utérus pour augmenter les chances de grossesse. Les transferts multiples d’embryons sont recommandés pour les patients  avec un pronostic difficile.  Les faux jumeaux sont plus susceptibles de se produire, peut-être en raison des techniques associées à la FIV telles que l’ICSI quand un sperme est introduit dans un ovocyte.

10. L’embryoscope pour un meilleur suivi de l’embryon

De nombreuses personnes subissant une FIV souhaitent augmenter leurs chances de succès par tous les moyens possibles. Il existe un certain nombre de techniques supplémentaires qui peuvent améliorer le taux de succès tels que l’embryoscope. L’embryoscope est un type spécial d’incubateur avec un enregistrement vidéo en continu. Les embryons peuvent être surveillés à chaque étape de développement sans avoir à être retirés de leur environnement contrôlé.