neoplasmes

Types de néoplasmes : bénins, malins ou précancéreux?

Qu’est-ce qu’un néoplasme ?

Lorsque les médecins parlent de néoplasme, ils désignent une croissance anormale et « nouvelle » de cellules dans un organe ou un tissu du corps, qui peut être petite et circonscrite ou le début d’une véritable formation tumorale, bénigne ou maligne. En fait, l’organisme humain compte des milliards de cellules qui, dans un cycle continu, naissent, mûrissent et meurent de manière ordonnée. Chaque cellule, en fonction du tissu auquel elle appartient, se développe en fonction de ces caractéristiques.

Les cellules néoplasiques, quant à elles, se développent et se multiplient d’une manière différente des autres cellules de la région du corps concernée, et de façon désordonnée, créant un « nouvel » élément inutile ou nuisible pour l’organisme. De nombreux néoplasmes sont inoffensifs et n’ont donc aucune signification pathologique. Mais il est très important de pouvoir les reconnaître et les identifier à temps, afin d’intervenir précocement s’il s’agit en fait de néoformations tumorales à risque.

Les néoplasmes bénins

Définition de néoplasme bénin

Un néoplasme bénin est une prolifération non conforme de cellules, mais il est localisé et ne met donc pas en danger la santé générale. Les grains de beauté, les lipomes et les fibromes utérins sont des exemples de ce type de néoplasme. Un néoplasme bénin n’est pas toujours totalement inoffensif, car lorsqu’il atteint une taille considérable, il peut créer des déséquilibres ou des dysfonctionnements dans l’organe ou les organes dans lesquels il se développe, en exerçant une pression sur les glandes, les nerfs ou les structures adjacentes et en causant des dommages. Pour cette raison, il est souvent nécessaire de les éliminer. Une autre raison pour laquelle il est préférable d’enlever une néoformation bénigne est qu’il existe une possibilité que la prolifération cellulaire dégénère en malignité. La principale caractéristique des cellules néoplasiques bénignes est qu’elles se multiplient plus lentement que les cellules malignes et, surtout, qu’elles n’envahissent pas tout l’organe et ne créent pas de métastases à distance, comme le font les cellules cancéreuses (néoplasie maligne).

Les formations néoplasiques bénignes les plus courantes

Adénomes

Ce sont des néoformations du tissu épithélial, sorte de film qui recouvre les organes internes et les glandes. Les polypes intestinaux sont un type courant d’adénomes. Ils peuvent dégénérer en cancer colorectal et seraient donc mieux placés dans la catégorie des formations précancéreuses.

Hémangiomes

Les angiomes, ou hémangiomes, sont des proliférations anormales de vaisseaux sanguins qui se forment à la fois sur la peau et dans des organes internes comme le foie. Ils ne sont pas dangereux, mais lorsqu’ils sont gros et profondément enracinés, ils peuvent saigner ou interférer avec le fonctionnement des organes voisins. Un hémangiome qui recouvre la moitié du visage et crée des problèmes de vision ou de respiration devra être réduit par un traitement approprié.

Lipomes

Un lipome est une sorte de boule de graisse, qui peut se former n’importe où et qui peut aussi devenir assez grosse. Dans ce cas, il est généralement retiré.

Fibromes

Les fibromes utérins sont les plus connus, bien que cette prolifération anormale de tissu fibreux puisse en fait se développer n’importe où. Les fibromes peuvent être très gros et doivent toujours être retirés, en particulier les fibromes utérins qui peuvent nuire à la fertilité féminine et endommager les parois internes de l’organe.

Papillomes

Il s’agit des « excroissances » classiques de la peau, comme les verrues, qui sont des proliférations de tissu épithélial avec une partie vascularisée. Ils peuvent également se former dans des organes internes, comme la vessie.

Devis Gratuit

Les néoplasme précancéreux

Définition de néoplasme précancéreux

Les néoplasmes précancéreux sont des lésions qui sont considérées comme des précurseurs de tumeurs malignes et qui, pour cette raison, en plus d’être un signe d’alerte, doivent toujours être traitées et si possible éradiquées. Nous avons vu que certains néoplasmes bénins, tels que les polypes et les papillomes de la vessie, sont également considérés comme à risque, précisément parce que dans de rares cas, ils dégénèrent en cancer.

Les différentes types de néoplasme précancéreux

Hyperplasie

Cette condition peut avoir des implications dangereuses, et un cas typique est l’hyperplasie de l’endomètre, causée par une stimulation hormonale excessive, qui peut évoluer en adénocarcinome, une tumeur maligne.

Atypies

Cette classification est utilisée pour identifier les croissances de cellules « atypiques », c’est-à-dire anormales. Ces excroissances atypiques apparaissent normalement à la suite de processus inflammatoires, mais peuvent également donner lieu à des formations néoplasiques malignes.

Métaplasie

Les cellules apparaissent (au microscope) comme différentes de celles du tissu auquel elles appartiennent. Les cellules métaplasiques se transforment alors en quelque chose d’autre que leur nature, et ce processus peut être permanent ou réversible. Un exemple non dangereux est le tissu cicatriciel. Dans certains cas, cependant, la métaplasie peut conduire au développement d’une tumeur maligne.

Dysplasie

Il s’agit de la lésion précancéreuse la plus courante car les cellules apparaissent à la fois anormales par leur nature et chaotiques dans leur prolifération. Ce processus prolifératif incontrôlé est celui qui conduit le plus souvent au développement d’une tumeur maligne.

Les néoplasmes malins

Au sujet des néoplasmes malins, voici un identikit précis basé sur leurs caractéristiques :

  • Il s’agit d’une croissance anormale et anormale des cellules (par rapport au tissu dans lequel elles se forment) ;
  • Ils ont la capacité d’envahir d’autres tissus et organes adjacents ;
  • Ils peuvent réapparaître même après une ablation chirurgicale dans les mêmes zones opérées ;
  • Ils ont la capacité de se propager à d’autres organes en « migrant » dans la circulation sanguine ou les voies lymphatiques et de créer des métastases à distance.

Voici les types de cancer les plus courants :

  • Tumeurs provenant des tissus mous, des muqueuses ou des organes internes.
  • Leucémies. Tumeurs du sang provenant de la moelle osseuse
  • Les lymphomes. Tumeurs qui apparaissent dans les glandes lymphatiques (ou ganglions lymphatiques) et les voies lymphatiques qui font partie du système immunitaire de l’organisme.
  • Les sarcomes. Ils se développent à partir du tissu conjonctif des os, des muscles, du cartilage, des vaisseaux sanguins…
  • Tumeurs du système nerveux central. Ils proviennent de cellules de la moelle épinière ou de neurones du cerveau.