Quels traitements pour linsuffisance mitrale

Quels traitements pour l’insuffisance mitrale ?

Insuffisance mitrale : c’est quoi ?

Comment fonctionne la valve mitrale ?

Dans des conditions normales, la valve mitrale est formée de deux minces lamelles mobiles ancrées au moyen de cordes tendineuses à deux muscles (les muscles papillaires). Ces muscles, en se contractant avec le ventricule gauche où ils sont situés, empêchent le battement des lamelles dans l’oreillette gauche. Les bords des lamelles se séparent lorsque la valve s’ouvre, permettant au sang de passer de l’oreillette gauche au ventricule gauche, et se réunissent à nouveau lorsque la valve se ferme, empêchant le sang de refluer. Dans un cœur sain, la valve mitrale sépare hermétiquement l’oreillette gauche du ventricule gauche. Cependant, lorsque cette valve ne se ferme pas correctement, on parle d’insuffisance mitrale. Il s’agit d’une condition dans laquelle une partie du sang qui devrait être poussé du ventricule gauche dans l’aorte retourne plutôt dans l’oreillette. Quelle que soit la cause, cette situation peut entraîner une fatigue du cœur, avec dilatation du ventricule gauche. Les conséquences peuvent être une insuffisance cardiaque et des anomalies du rythme cardiaque, telles que la fibrillation auriculaire, mais aussi une endocardite.

 

Qu’est-ce que l’insuffisance mitrale ?

L’insuffisance mitrale est un état dans lequel un défaut de fermeture de la valve mitrale entraîne le retour d’une partie du sang pompé du ventricule gauche dans l’oreillette gauche au lieu d’aller dans l’aorte. Ce dysfonctionnement provoque de la fatigue et des problèmes respiratoires.

 

Les symptômes de l’insuffisance mitrale

Pour reconnaître l’altération du fonctionnement régulier de la valve mitrale, les symptômes à rechercher sont les suivants :

  • Murmure systolique
  • Dyspnée
  • Fatigue
  • Une capacité d’effort réduite
  • Palpitations
  • Gonflement des membres inférieurs
  • Vertiges

Très souvent, l’insuffisance mitrale provoque une fibrillation auriculaire qui, si elle n’est pas traitée, devient chronique. Il est donc opportun de diagnostiquer et de traiter l’insuffisance mitrale avant que la fibrillation auriculaire ne devienne irréversible.

Une série de facteurs influent sur les symptômes de l’insuffisance mitrale : la rapidité avec laquelle la pathologie se développe, la présence d’une pathologie valvulaire, myocardique ou coronarienne, l’entité de la régurgitation, donc le type d’insuffisance mitrale (légère ou sévère) et le niveau de pression pulmonaire, déterminé par le travail excessif du ventricule.

Comme la pathologie valvulaire est asymptomatique au début, il est recommandé de subir des contrôles spécifiques, comme l’échocardiographie, le principal test de diagnostic qui permet de visualiser la morphologie de l’appareil valvulaire et des cavités cardiaques, pendant tout le cycle cardiaque, et donc d’évaluer son état et sa fonctionnalité.

 

Insuffisance mitrale légère, modérée et sévère

Insuffisance mitrale légère

Une légère insuffisance mitrale ne donne aucun symptôme. Avec le temps et avec l’altération progressive de la valve mitrale, les symptômes que le patient commencera à ressentir sera un véritable essoufflement. Cet essoufflement apparaît d’abord à la suite d’efforts moyens comme la marche en légère montée, puis pour des efforts toujours avec une charge mineure, comme la marche sur un sol plat.

 

Insuffisance mitrale modérée

Dans sa forme modérée, l’insuffisance mitrale présente les symptômes suivants : faim d’air, essoufflement soudain et, dans les cas les plus graves, œdème pulmonaire et insuffisance cardiaque aiguë. Dans certains cas, notamment chez les sujets jeunes, l’insuffisance de la valve mitrale peut être tolérée pendant un certain temps, mais il s’agit toujours d’une urgence médico-chirurgicale.

 

Insuffisance mitrale sévère

Lorsque l’insuffisance mitrale est négligée dans le temps, le patient arrive à percevoir l’insuffisance mitrale avec des symptômes d’essoufflement également au repos. Cela arrive très souvent parce que le dysfonctionnement du ventricule gauche se répercute également sur le ventricule droit, entraînant ainsi l’insuffisance de la valve tricuspide. Cette dernière est l’équivalent de la valvule mitrale, mais elle est présente à l’intérieur du ventricule droit. Il s’agit ici d’une pathologie mitrale invétérée trop longtemps négligée qui entraîne des altérations de la valve tricuspide et des parties droites du cœur. Dans ces cas, le patient présentera des œdèmes ou des signes de turgescence de la veine jugulaire du cou, jusqu’à une véritable insuffisance cardiaque droite.

 

Les traitements de l’insuffisance mitrale

Le traitement médical

Le traitement médical de l’insuffisance mitrale se base tout d’abord sur la prophylaxie antibiotique de l’endocardite bactérienne.

Les vasodilatateurs réduisent la post-charge pendant la phase d’éjection aortique et donc la pression intraventriculaire, ce qui réduit l’ampleur de la régurgitation :

  • Inhibiteurs de l’ECA
  • Nitroprussiate de sodium
  • La digitaline est une cardiocinétique et peut être utile pour améliorer la contractilité.
  • Les diurétiques sont utiles en cas de congestion pulmonaire et d’œdème.
  • Des bêta-bloquants et des antiarythmiques sont également utilisés.

En cas d’insuffisance mitrale chronique secondaire, il peut y avoir une indication pour l’implantation de stimulateurs cardiaques biventriculaires (PM) et/ou de défibrillateurs automatiques (DIA).

 

Le traitement chirurgical

Lorsque le traitement pharmacologique n’améliore pas les symptômes et que l’insuffisance est sévère, il faut recourir à la thérapie chirurgicale.

Le traitement chirurgical de l’insuffisance mitrale comprend essentiellement ces interventions :

Dans la forme massive aiguë, une intervention chirurgicale urgente est nécessaire.
Pour l’indication de la chirurgie, il est nécessaire de garder sous contrôle les paramètres de contractilité du ventricule gauche. Cela est important pour éviter d’opérer le patient lorsque la fonction contractile est si compromise qu’il n’y a pas de récupération après l’opération.

 

Comment prévenir l’insuffisance mitrale ?

Pour minimiser le risque d’insuffisance mitrale, il est important de traiter correctement les conditions qui pourraient la déclencher. Rappelons que ces conditions sont essentiellement les infections de la gorge qui peuvent entraîner des maladies rhumatismales, un syndrome auto-immun qui peut être déclenché par des infections à streptocoques. L’insuffisance mitrale, peut être primaire, due à une altération primaire de l’appareil valvulaire, ou secondaire, due à un dysfonctionnement de l’appareil valvulaire, à partir d’une lésion localisée ou d’une dilatation de la chambre ventriculaire gauche.

 

Devis Gratuit