difference fiv icsi

La différence entre une FIV et une insémination artificielle

L’insémination artificielle

L’insémination artificielle (IA, ou IAC lorsqu’on parle d’insémination artificielle avec sperme du conjoint) est une procédure de PMA plus simple que la fécondation in vitro (FIV). Dans l’insémination artificielle, le sperme est déposé directement dans la cavité utérine afin qu’il trouve l’ovule dans la trompe de Fallope et le féconde. Pour réaliser la procédure, le sperme est recueilli par masturbation et traité en laboratoire, afin de sélectionner les spermatozoïdes ayant le plus grand potentiel. Pour augmenter les chances de fécondation, la patiente reçoit des médicaments hormonaux qui provoquent l’ovulation.

 

L’insémination artificielle est principalement indiquée en cas de facteur d’infertilité masculine légère. Dans le cas de l’infertilité féminine, la principale indication est l’existence de troubles de l’ovulation, qui sont corrigés lors de l’induction médicamenteuse de l’ovulation.

 

La principale préparation à l’insémination artificielle consiste à surveiller la maturation des ovules pendant le cycle menstruel au moyen d’échographies en série. Dans certains cas, la femme subit une stimulation hormonale pour augmenter la production d’ovules et provoquer l’ovulation, tandis que dans d’autres, seul le cycle naturel de la femme est observé.

 

Le jour de l’ovulation, le sperme est collecté et traité, et l’insémination est effectuée. Un cathéter en plastique fin est introduit dans l’utérus par le vagin et les spermatozoïdes sont libérés à l’intérieur. La procédure est indolore et ne dure que quelques minutes, et aucun repos particulier n’est nécessaire après l’insémination.

Si les spermatozoïdes parviennent à atteindre l’ovule et à le féconder, l’embryon se forme et la grossesse suit son cours naturel.

L’insémination n’est indiquée que dans les cas où au moins une trompe utérine fonctionne normalement et où un nombre minimum de spermatozoïdes ont une forme et une mobilité normales.

 

Ces critères incluent généralement les couples dans les situations suivantes :

  • spermogramme avec de légères altérations ;
  • la stérilité sans cause apparente ;
  • l’utilisation de sperme d’un donneur ;

DEVIS EXPRESS

Vous souhaitez avoir plus de renseignements

Devis Express
Quand prévoyez vous de voyager ?

 

La fécondation in vitro

Dans la fécondation in vitro (FIV), la femme reçoit également des hormones pour stimuler la production d’ovules. Les ovules sont aspirés par une aiguille et placés dans un milieu de culture riche en nutriments, à une température et dans des conditions idéales. Ces ovules sont ensuite fécondés en laboratoire avec le sperme de leur partenaire. Après la fécondation, l’ovule est conservé dans un incubateur, où la division cellulaire et la formation de l’embryon commencent.

 

Par la suite, l’embryon peut être congelé ou placé dans l’utérus de la femme. C’est une alternative à la fois pour les situations mentionnées ci-dessus et pour les cas suivants :

  • Altération sévère du spermogramme ;
  • Obstruction des trompes de Fallope ;
  • Stérilisation ;
  • Vasectomie ;
  • Endométriose sévère ;
  • Échec des autres modalités de traitement ;
  • Ménopause prématurée ;
  • Interruptions spontanées de grossesses récurrentes ;

La première étape de la FIV est le prélèvement des gamètes. Les spermatozoïdes sont généralement recueillis par masturbation, mais dans certains cas particuliers, il peut être nécessaire de procéder à une ponction testiculaire.

 

Afin de recueillir les ovules, la femme subit un traitement de stimulation ovarienne à base d’hormones et une petite intervention chirurgicale. Les ovules matures sont prélevés directement dans l’ovaire à l’aide d’une aiguille très fine placée à l’extrémité de la sonde d’échographie endovaginale.

 

Une fois que les gamètes ont été collectés et traités, la fécondation a lieu. Dans la FIV classique, les ovules et les spermatozoïdes sont placés ensemble dans une boîte de Pétri et la fécondation se produit de manière aléatoire par le mouvement des cellules.

 

Dans la FIV avec injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI), les spermatozoïdes ayant la structure et le mouvement les plus parfaits sont sélectionnés au microscope et injectés directement dans l’ovule, avec contrôle de la fécondation. Dans la SUPER ICSI, le microscope utilisé augmente l’image jusqu’à 6300 fois et permet une sélection plus détaillée des spermatozoïdes, ce qui augmente les chances de réussite.

 

Après la fécondation, les embryons passent quelques jours à se développer en laboratoire, puis sont transférés dans l’utérus par un petit cathéter flexible inséré dans le vagin. À partir de là, on espère qu’au moins un embryon pourra s’implanter dans la paroi utérine et poursuivre son développement gestationnel.

La FIV est une procédure complexe qui nécessite le prélèvement d’ovules, la fécondation en laboratoire, l’incubation et le transfert de l’embryon, alors que dans l’insémination artificielle, la majeure partie de ce processus se déroule spontanément dans le corps de la femme.

 

Ces différences techniques font que la FIV a un taux de réussite plus élevé et offre une possibilité de grossesse aux couples qui ne pourraient pas tomber enceinte avec une procédure plus simple.

 

En effet, la probabilité que le traitement par insémination artificielle aboutisse à un enfant vivant est de 10 à 15 % en une seule tentative. Avec la FIV, ces chiffres varient de 40 à 50%.

 

Il convient toutefois de souligner que ces données statistiques ont peu de valeur lorsqu’on analyse la réalité et les spécificités de chaque couple. Le taux de grossesse dépend de plusieurs facteurs, dont la cause et la durée de l’infertilité, l’âge de la femme, les caractéristiques des spermatozoïdes, la réserve ovarienne, les traitements de fertilité précédemment effectués par le couple et la quantité et la qualité des embryons transférés.

 

Une autre différence entre l’insémination artificielle et la fécondation in vitro est que la seconde technique permet de laisser les embryons surnuméraires congelés, ce qui permet de nouvelles tentatives de grossesse à l’avenir, sans avoir à recommencer tout le traitement. En outre, grâce à cette technique, il est possible de procéder à une analyse génétique des embryons avant de les replacer dans l’utérus de la mère.

 

L’avantage de l’insémination artificielle est que, comme il s’agit d’une procédure moins complexe, elle peut être réalisée au cabinet du médecin, sans anesthésie. Le traitement est indolore et ne dure que quelques minutes, et la femme peut ensuite reprendre ses activités habituelles. Cependant, la méthode ne répond pas à tous les cas d’infertilité.

 

Dans la pratique, les meilleurs taux de réussite sont obtenus lorsque le couple reçoit des soins individualisés et que le traitement est bien indiqué, qu’il s’agisse de FIV ou d’insémination artificielle.

 

Devis Gratuit

Adresse Résidence Yasmine du lac les berges du Lac - Tunis Nord

Téléphone (+216) 55.005.183

Email  contact@tunisiedestinationsante.com

Copyright © 2024 Tunisie Destination Santé