Insuffisance aortique causes et traitements

Insuffisance aortique : causes et traitements

Qu’est-ce que l’insuffisance aortique ?

L’insuffisance valvulaire aortique est un état pathologique qui se produit lorsque la valve aortique ne se ferme pas correctement. Lorsque cette affection se produit, le sang qui est normalement pompé hors du cœur par la chambre principale du cœur (le ventricule gauche) a tendance à refluer. Cette affection se traduit par un flux sanguin inefficace vers le reste de l’organisme, ce qui entraîne une sensation de fatigue et un essoufflement. L’insuffisance valvulaire aortique peut se développer soudainement ou sur plusieurs décennies. Lorsque l’insuffisance aortique devient importante, la chirurgie devient indispensable pour réparer ou remplacer la valve aortique.

Causes et diagnostic de l’insuffisance aortique

Les causes de l’insuffisance aortique

Les affections suivantes peuvent endommager la valve aortique et entraîner une insuffisance :

  • Maladie congénitale : il y a des personnes qui naissent avec une valve aortique qui n’a que deux volets (valve bicuspide) ou des volets soudés ensemble plutôt que trois volets séparés les uns des autres comme c’est normalement le cas.
  • Endocardite : la valve aortique peut être endommagée par une endocardite, une infection touchant les valves du cœur.
  • Maladie rhumatismale : complication d’une infection de la gorge très fréquente dans l’enfance, causée par un germe appelé Streptococcus qui peut endommager la valve à un stade ultérieur.
  • Traumatisme : dommages causés à la valve aortique à la suite d’un traumatisme sternal.
  • D’autres maladies rares comme le syndrome de Marfan.
  • Dilatation de la racine aortique

Symptômes et diagnostic de l’insuffisance aortique

Dans la plupart des cas, l’insuffisance valvulaire aortique se développe progressivement et le cœur a tendance à la compenser. Un patient peut ne présenter aucun symptôme pendant des années et, en même temps, ne pas être conscient de son état. Cependant, dès que l’insuffisance aortique s’aggrave, les symptômes suivants apparaissent :

  • Présence d’un souffle cardiaque
  • Fatigue et faiblesse, surtout lorsque vous augmentez votre activité physique.
  • Essoufflement après un exercice ou en position allongée
  • Gonflement des chevilles
  • Douleur thoracique qui augmente souvent après l’effort (angine de poitrine)
  • Battement irrégulier du pouls (arythmie)
  • Sensation que votre cœur bat plus vite que d’habitude (palpitation)

Les tests couramment utilisés pour diagnostiquer une insuffisance aortique sont les suivants :

  • Électrocardiogramme (ECG) : enregistre l’activité électrique du cœur. Des signes d’hypertrophie et de surcharge du ventricule gauche peuvent être détectés.
  • Radiographie du thorax : permet de visualiser une hypertrophie de l’ombre cardiaque et souvent une dilatation de l’aorte ascendante. Dans l’insuffisance cardiaque, il existe des signes de congestion pulmonaire (accumulation de liquide dans les poumons).
  • Test d’effort : le test consiste à enregistrer un électrocardiogramme pendant que le patient fait de l’exercice, généralement en marchant sur un tapis roulant ou en faisant du vélo. Ce test peut être réalisé pour confirmer l’absence de symptômes en présence d’une insuffisance aortique sévère et/ou pour évaluer la réponse hémodynamique à l’exercice.
  • Echocardio Color-doppler : identifie l’insuffisance de la valve aortique et détermine son degré d’importance.
  • L’examen coronarographique est nécessaire pour apporter des informations importantes concernant l’état des artères coronaires et l’état du cœur.
  • Imagerie par résonance magnétique (IRM) : examen pas toujours nécessaire qui apporte plus de détails en produisant des images du cœur, y compris de la racine aortique.

Devis Gratuit

Traitement chirurgical de l’insuffisance aortique

Quand avoir recours à la chirurgie de la valve aortique ?

La valve aortique peut nécessiter un traitement chirurgical même si elle ne provoque pas de symptômes. Si la valve n’est pas traitée à temps, le cœur, qui, dans un premier temps, compense efficacement, peut ensuite s’affaiblir de façon permanente. La chirurgie doit être pratiquée dans un centre d’excellence qui dispose d’un grand volume d’opérations réalisées et de chirurgiens cardiaques expérimentés. Discutez en détail avec votre médecin des risques et des avantages d’un traitement chirurgical.

Réparation de la valve aortique

Parfois, le chirurgien cardiaque peut préserver la valve native et améliorer sa fonction en effectuant une réparation de la valve en plastique, sans avoir à implanter une prothèse.

Remplacement de la valve aortique

Dans la plupart des cas, la valve aortique doit être remplacée par une prothèse mécanique ou une prothèse biologique. La valve mécanique, fabriquée en métal, est durable mais comporte un risque de formation de caillots sanguins. Si le patient décide de se faire implanter une prothèse mécanique, il doit nécessairement prendre à vie des médicaments anticoagulants pour prévenir la formation de caillots sanguins. Les valves biologiques sont recommandées pour les patients âgés (plus de 65/70 ans), les personnes ayant tendance à faire des hémorragies et pour les patients qui ont des difficultés particulières à prendre des médicaments anticoagulants. Les valves biologiques peuvent être indiquées pour les femmes enceintes car les médicaments anticoagulants couramment utilisés traversent la barrière placentaire et peuvent avoir des effets indésirables sur le fœtus. Les différents aspects concernant le patient individuel et le problème spécifique de la valve seront discutés au cours de l’admission préopératoire.

Chirurgie mini-invasive de la valve aortique

Le remplacement de la valve aortique nécessite généralement une opération à cœur ouvert sous anesthésie générale et l’utilisation d’une machine cœur-poumon. Les techniques mini-invasives utilisant une petite incision (mini-sternotomie) entraînent moins de douleur au niveau de l’incision, un séjour hospitalier plus court et un taux plus faible de complications post-opératoires. Il convient toutefois de noter que la chirurgie mini-invasive est plus complexe que la chirurgie traditionnelle, notamment parce que l’opérateur n’a pas une visibilité totale des structures cardiaques.

Comment prévenir l’insuffisance aortique ?

Bien que, dans la plupart des cas, l’insuffisance aortique ne puisse être évitée, certains éléments peuvent contribuer à réduire le risque :

  • Soins appropriés des maux de gorge, afin de réduire le risque de maladie rhumatismale (un syndrome auto-immun qui peut être déclenché par des infections streptococciques).
  • Une attention particulière aux dents et aux gencives, afin de réduire le risque d’endocardite.
  • Surveillez toujours activement votre tension artérielle.