Douleurs-articulaires-quand faut-il s’inquiéter

Douleurs articulaires : quand faut-il s’inquiéter?

Quelles sont les différentes articulations du corps humain ?

Il est important de connaître l’anatomie de nos articulations afin de comprendre d’où peut provenir la douleur : des os eux-mêmes ou des autres structures qui les composent. Les articulations du corps humain ne sont pas non plus toutes identiques. On les distingue en trois catégories :

  • Fixe : bassin et crâne. Elles sont ainsi définies car, comme vous pouvez facilement le deviner, elles ne bougent pas ;
  • Semi-mobile : la colonne vertébrale. Il s’agit d’une articulation composée d’os, les vertèbres, recouverts de cartilage et séparés les uns des autres par de petits disques de tissu fibro-cartilagineux qui agissent comme des “amortisseurs » et permettent d’absorber les chocs et de donner de l’élasticité et de la souplesse à la colonne elle-même.
  • Mobile : les plus nombreuses, comprenant les mains, les pieds, les épaules, les jambes. Elles sont composées d’os lisses enfermés dans une coque, la capsule articulaire.

Il existe également une autre différenciation des articulations, qui dépend du type de tissu à partir duquel elles sont formées, et plus précisément nous aurons :

  • Articulations fibreuses, c’est-à-dire jointes, maintenues ensemble, uniquement par du tissu fibreux. Il s’agit d’articulations dures et fixes, qui ne présentent pas de cavités internes.
  • Les articulations cartilagineuses, c’est-à-dire liées ou recouvertes de cartilage, également dans ce cas fixes ou semi-mobiles.
  • Les articulations synoviales, c’est-à-dire les articulations mobiles, sont constituées de différentes structures (tendons, ligaments) qui leur permettent de glisser les unes sur les autres sans frottement et sans débordement.

Douleurs articulaires : on ne parle pas seulement des rhumatismes

La douleur articulaire : un symptôme très courant

La douleur dans une ou plusieurs articulations est un symptôme courant chez les jeunes et, plus fréquemment encore, chez les personnes âgées.

De nombreuses causes peuvent conduire à ce type de souffrance, du traumatisme avec lésion d’une ou plusieurs structures articulaires à l’inflammation chronique causée par l’arthrite, en passant par les classiques rhumatismes de l’âge.

L’arthrose, par exemple, est un phénomène typique de détérioration des articulations due au vieillissement du système squelettique et qui détermine l’apparition de syndromes douloureux souvent invalidants. Les douleurs ostéo-articulaires sont également un symptôme typique des maladies infectieuses telles que la grippe saisonnière, qui est également annoncée par cette sensation caractéristique d’avoir des « os cassés ».

Quelles sont les articulations impliquées dans la douleur articulaire ?

Potentiellement nous pouvons ressentir de la douleur au niveau de toutes les articulations, à savoir :

  • L’articulation de l’épaule.
  • L’articulation du bras (coude).
  • Articulation pelvienne (douleur de la hanche).
  • L’articulation du genou.
  • Articulation de la cheville.
  • Petites articulations des mains et des pieds.

Parmi les anomalies les plus courantes qui accompagnent les douleurs articulaires figurent : la raideur et la limitation des mouvements, le gonflement, la rougeur de la partie, l’apparition d’ecchymoses sous-cutanées, etc.

En général, les douleurs ostéo-articulaires sont donc divisées en chroniques et temporaires, et selon leur cause elles sont traitées différemment.

Douleur articulaire : quand la cause est l’arthrose

Comprendre ce qu’est l’arthrose

L’arthrose est l’une des causes principales et les plus courantes des douleurs articulaires et ostéoarticulaires. Cette maladie des os, quant à elle, est en fait une condition presque inévitable à partir d’un certain âge, car elle est liée au vieillissement, à l’usure des structures qui composent les articulations, et en particulier des cartilages.

Le cartilage articulaire est un tissu qui tapisse les extrémités des os, dont la tâche principale est de protéger les os eux-mêmes et de les empêcher d’entrer en conflit direct les uns avec les autres pendant le mouvement. Avec l’âge, cependant, cette couche protectrice, que l’on pourrait imaginer comme une sorte de film plastique, s’use, avec pour conséquence que les os de l’articulation, se « heurtant » les uns aux autres sans pouvoir glisser de manière fluide, nous font mal.

Que peut-on faire en cas d’arthrose ?

On ne peut pas guérir de l’arthrose. Malheureusement, le processus d’usure du cartilage est inévitable, progressif et irréversible une fois qu’il se produit.

La douleur et la perte de la fonction articulaire peuvent toutefois être atténuées par des exercices de gymnastique posturale et de réadaptation, des analgésiques si nécessaire (sur prescription médicale) et des infiltrations d’acide hyaluronique qui redonnent de la mobilité à l’articulation.

Perdre du poids en cas d’obésité est essentiel pour éviter de se retrouver complètement immobile en raison du blocage fonctionnel des articulations des membres inférieurs. Ce n’est que dans les cas extrêmes que l’on a recours à la chirurgie.

Causes de la douleur articulaire : les  maladies rhumatismales

Goutte

Maladie rhumatismale associée à une hyperuricémie, c’est-à-dire à la présence excessive d’acides uriques dans le sang. De nombreuses causes d’hyperuricémie peuvent conduire à la goutte, notamment un régime trop riche en viande et en aliments protéinés d’origine animale, un dysfonctionnement rénal, des troubles métaboliques, des médicaments et des antécédents familiaux. Cette maladie touche davantage les hommes que les femmes et l’âge moyen d’apparition de la maladie est d’environ cinquante ans.

Arthrite secondaire à une infection virale, bactérienne ou fongique

Dans ces cas, l’inflammation articulaire est due à l’action infectieuse de micro-organismes pathogènes qui « migrent » dans le sang depuis un foyer initial situé à distance jusqu’aux articulations. Ce type d’arthrite est traité par des antibiotiques, des antiviraux ou des antifongiques.

Lupus érythémateux systémique

Le lupus, comme la polyarthrite rhumatoïde, est une maladie inflammatoire systémique chronique de nature auto-immune. La maladie se déclare généralement à un jeune âge, et ses symptômes sont pris en charge par des médicaments immunomodulateurs ou biologiques. Les femmes sont les plus touchées par cette maladie rhumatismale.

Rhumatisme neurologique

Le syndrome douloureux du rhumatisme neurologique n’est pas dû à une inflammation des structures qui constituent l’articulation, mais des terminaisons nerveuses qui les traversent. À l’origine de l’inflammation du nerf, il peut y avoir différentes pathologies, notamment l’ostéomyélite et le syndrome de Raynaud.

La douleur articulaire atypique du syndrome de fibromyalgie

Des douleurs généralisées dans les articulations et l’ensemble de l’appareil locomoteur sont le principal symptôme d’une maladie rhumatismale extra-articulaire appelée fibromyalgie. Similaire dans ses manifestations symptomatiques à l’arthrite, le syndrome de fibromyalgie est cependant une pathologie complètement différente. Elle n’a pas d’origine auto-immune ou inflammatoire et ne produit pas de dommages internes. Les articulations douloureuses, même en cas d’incapacité à les bouger, seraient donc parfaitement saines et intactes au niveau de l’analyse interne.

Il n’est pas facile de savoir si les douleurs articulaires que l’on ressent, qui peuvent être très fortes, la difficulté à faire des mouvements même simples, la sensation de grande fatigue, sont dues à cette maladie particulière et atypique. Ce n’est pas un hasard si le diagnostic prend souvent des années.