Discopathie- dégénérative- lombaire-quand faut-il-opérer

Discopathie dégénérative lombaire: quand faut-il opérer ?

Qu’est-ce que la discopathie dégénérative lombaire ?

La discopathie dégénérative est une pathologie de la colonne vertébrale caractérisée par une fragilisation du disque intervertébral, qui subit des phénomènes de déshydratation de ses composants, une diminution de sa résistance aux contraintes fonctionnelles et, dans les stades plus avancés, un amincissement avec réduction de l’espace entre une vertèbre et une autre. Cela entraîne un rétrécissement du foramen par lequel les racines nerveuses sortent du canal vertébral et l’apparition d’une instabilité, c’est-à-dire la présence d’un mouvement excessif entre une vertèbre et une autre, qui peut entraîner le glissement d’une vertèbre vers l’avant.

La discopathie dégénérative est une affection fréquente, même chez les jeunes, et l’une des principales causes de douleurs dorsales dans la population adulte. Lorsque des compressions de racines nerveuses se produisent, des douleurs lombaires s’ajoutent à la sciatique.

Il faut se rappeler que la gravité des douleurs dorsales ou lombaires n’est pas directement proportionnelle à l’étendue des altérations des disques intervertébraux visibles sur l’imagerie par résonance magnétique de la colonne vertébrale.

Il est donc essentiel que le spécialiste évalue la douleur, sur la base de nombreux paramètres et de l’examen du patient, et propose le traitement le plus approprié, qui, dans un premier temps, est presque toujours non chirurgical.

Les symptômes de la discopathie lombaire

La discopathie lombaire se manifeste généralement par des douleurs dorsales, ou lombalgies, et en particulier par :

  • des douleurs lombaires qui peuvent se manifester “en bande”, localisées dans la zone centrale du dos, plus décalées vers la droite ou la gauche ou au niveau de la fesse ou des muscles paravertébraux (les muscles latéraux du dos) ;
  • raideur dans le bas du dos ;
  • la douleur de la hanche ;
  • limitation des mouvements de flexion (flexion du haut du corps vers l’avant), d’extension (cambrure du dos vers l’arrière), de torsion du haut du corps ou d’inclinaison (flexion latérale du tronc).

Contrairement à la sciatique, secondaire, par exemple, à une hernie discale, les patients souffrant d’une discopathie lombaire ne présenteront pas de symptômes dans le membre inférieur tels que des picotements, un engourdissement, une sensation de choc électrique, une sensation de cuisse ou de jambe froide, ou une sensation de serrement ou de brûlure.

La thérapie conservative de la discopathie dégénérative lombaire

Dans la phase aiguë, le traitement de la discopathie dégénérative lombaire est conservateur et consiste en un repos au lit pendant quelques jours et l’utilisation d’analgésiques et de myorelaxants. Dans la phase chronique, la physiothérapie est indiquée, et il est également important d’essayer de pratiquer une activité physique régulière. Lorsque le traitement conservateur n’a aucun effet et que la douleur devient continue, rendant difficile le travail ou les activités quotidiennes simples, un traitement chirurgical est indiqué.

Intervention chirurgicale de la discopathie dégénérative lombaire

La genèse de la douleur étant l’altération du mouvement dans le segment affecté, l’intervention consiste à fixer le segment altéré avec des vis et des barres pédiculaires. Cette opération est réalisée selon la technique percutanée mini-invasive (voir la description dans le chapitre approprié).

Le patient se lève le lendemain matin de l’opération et sort le jour suivant. Il peut immédiatement reprendre sa vie normale sans effort lourd pendant 2 mois.

Devis Gratuit

Les options chirurgicales pour le traitement de la discopathie dégénérative lombaire

Stabilisation dynamique lombaire

La stabilisation dynamique lombaire est une procédure chirurgicale peu invasive. Bien que cette intervention soit conçue pour permettre aux disques vertébraux de rester en permanence entre les apophyses épineuses afin d’éviter la compression des nerfs, il s’agit d’une intervention réversible. Étant donné qu’aucun os structurellement important n’est retiré au cours de la chirurgie de stabilisation dynamique, cette intervention donne au patient et au chirurgien la possibilité d’envisager un traitement ultérieur si l’état de la colonne vertébrale du patient s’aggrave.

Discoplastie ou prothèses

Les disques artificiels sont des solutions prothétiques conçues pour remplacer le disque malade, retiré de la colonne vertébrale, tout en maintenant le mouvement et la flexibilité.

Chirurgie de fusion lombaire

La fusion lombaire est une procédure chirurgicale utilisée pour traiter les affections dégénératives de la colonne vertébrale. À l’aide de greffons osseux et d’instruments, tels que des plaques et des vis métalliques, cette procédure permet de fusionner deux ou plusieurs vertèbres adjacentes. Cette chirurgie a pour but de stabiliser la colonne vertébrale et de soulager la douleur.

Diagnostic de la discopathie lombaire

Le diagnostic de la discopathie lombaire passe par des étapes spécifiques. Normalement, la première étape est la radiographie prescrite par le médecin généraliste ou spécialiste, grâce à laquelle on peut trouver certaines anomalies comme une réduction de la largeur de l’espace intervertébral (c’est-à-dire entre une vertèbre et l’autre) ou d’autres structures osseuses.

L’étape suivante est l’imagerie par résonance magnétique IRM, qui permet de voir non seulement l’os mais aussi les tissus mous (ligaments, disques, muscles) du dos, ou, plus rarement, le scanner (qui est probablement moins adapté à l’examen de la discopathie lombaire que l’IRM).

Il faut absolument savoir, cependant, qu’il arrive très souvent que les résultats des examens complémentaires tels que le scanner, la radiographie ou l’IRM soient tout à fait normaux et que les anomalies qui pourraient éventuellement être détectées sont présentes chez un pourcentage très élevé de personnes sans aucun symptôme. Dans la plupart des cas, en effet, il n’est nullement nécessaire de « rétablir » des disques parfaits ou, plus généralement, un dos parfait pour se sentir bien, mais il suffira, grâce à la physiothérapie, à un cours de thérapie manuelle et à des exercices spécifiques, de rendre le patient indemne de douleurs.