biliopancreatique

Dérivation biliopancréatique : objectifs, avantages et inconvénients

Qu’est-ce que la dérivation biliopancréatique ?

La dérivation biliopancréatique (duodénal switch) est une intervention de chirurgie bariatrique dont l’objectif principal est la perte de poids chez les patients souffrant d’obésité sévère, au moins de 2ème degré (indice de masse corporelle égal ou supérieur à 35). Contrairement aux opérations restrictives, comme l’anneau gastrique, qui réduisent la capacité gastrique, la diversion biliopancréatique est une opération malabsorptive qui réduit l’absorption intestinale des graisses et des amidons, mais PAS celle des sucres simples contenus dans les fruits, les sucreries, les boissons sucrées, le lait et l’alcool. Avec la diversion biliopancréatique, on obtient une réduction d’environ 65/75% de l’excès de poids présent dans la période précédant l’opération. Par rapport aux opérations restrictives, telles que la pose d’un anneau gastrique, qui nécessitent une réduction effective du régime alimentaire (favorisée par la réduction du volume de l’estomac), la diversion biliopancréatique demande une implication moindre du patient, qui peut suivre un régime libre à l’exception des sucres simples. S’il s’agit d’un avantage important de cette technique, cela ne signifie évidemment pas que le patient est invité à manger déséquilibré.

Objectifs de la dérivation biliopancréatique

L’objectif de la dérivation biliopancréatique est de réduire l’absorption d’une partie des nutriments contenus dans les aliments, ce qui entraîne une réduction chronique du poids corporel. L’obésité étant un facteur de risque pour de nombreuses maladies, la diversion biliopancréatique présente de nombreux avantages pour le patient, notamment la réduction du risque de :

  • mortalité ;
  • infarctus aigu du myocarde
  • accident cérébral ;
  • maladies orthopédiques ;
  • diabète sucré ;
  • dyslipidémie ;
  • diverses autres maladies directement ou indirectement liées à l’obésité.

Aujourd’hui, la dérivation biliopancréatique est un moyen efficace pour perdre du poids, mais elle doit nécessairement s’accompagner de la volonté de la personne obèse de perdre l’excès de poids et de pouvoir maintenir à long terme un poids aussi normal que possible avec une alimentation équilibrée et une activité physique adéquate.

Poids minimum et indications pour la chirurgie dérivation biliopancréatique

Candidats idéaux à la dérivation biliopancréatique

La chirurgie bariatrique en général est recommandée aux patients âgés de 18 à 65 ans présentant l’une des deux conditions suivantes :

  • Obésité du troisième degré (indice de masse corporelle de 40 ou plus) avec ou sans autres pathologies.
  • Obésité du second degré (indice de masse corporelle égal ou supérieur à 35) avec une ou plusieurs pathologies liées au surpoids, notamment :
    • le diabète sucré ;
    • l’hypertension ;
    • dyslipidémie ;
    • l’apnée du sommeil ;
    • des affections orthopédiques graves liées à un excès de poids.

Il n’existe pas de véritable limite de poids, notamment parce que – en fonction de la taille du patient – un poids corporel peut ou non être inclus dans les indications. C’est pourquoi on utilise l’indice de masse corporelle au lieu du poids corporel.

Évaluation du patient

En plus de l’évaluation du poids corporel, le patient doit être évalué en termes d’autres caractéristiques psychologiques, comportementales et générales afin d’être considéré comme approprié :

  • évaluer la capacité ou non du patient à supporter une intervention chirurgicale et son état de santé général ;
  • évaluer les éventuelles complications de l’obésité, notamment les complications métaboliques, cardiaques ou respiratoires ;
  • évaluer si le patient a fait dans le passé au moins une ou plusieurs tentatives « sérieuses » de suivre un régime bien organisé et conduit ;
  • évaluer la relation du patient avec la nourriture, la présence éventuelle de troubles psychologiques, la présence de troubles alimentaires (tels que la boulimie) et la capacité/volonté de coopérer avec les médecins.

Contre-indications à la dérivation biliopancréatique

Tous les patients en bonne santé physique (avec un indice de masse corporelle égal ou supérieur à 35) ne sont pas considérés comme aptes à subir une intervention chirurgicale à l’issue des examens préliminaires. En moyenne, la moitié des candidats sont rejetés à ce stade. Le patient considéré comme psychologiquement apte est généralement doté de

  • une conscience profonde de ce qu’ils s’apprêtent à faire, notamment des risques liés à l’opération, qui est très complexe, et du fait qu’ils devront prendre des suppléments de vitamines, de fer et de calcium pour le reste de leur vie ;
  • une forte motivation et une grande volonté
  • la volonté de s’engager à faire face à une évolution postopératoire complexe et prolongée ;
  • la volonté de maintenir les résultats par un régime alimentaire approprié, une activité physique suffisante et un éventuel traitement médicamenteux.

De plus, de manière générale, la chirurgie bariatrique est contre-indiquée en cas d’alcoolisme, de toxicomanie ou en présence de maladies terminales ou de changements psychologiques/psychiatriques qui rendent le patient incapable de se prendre en charge ou d’adhérer au programme de suivi.

Devis Gratuit

Dérivation biliopancréatique : avantages et inconvénients

Avantages à la dérivation biliopancréatique

La chirurgie de dérivation biliopancréatique présente différents avantages, notamment :

  • une très bonne perte de poids obtenue en peu de temps ;
  • la perte de poids persiste indéfiniment ;
  • contrôle à long terme des valeurs du syndrome métabolique et des paramètres cardiovasculaires ;
  • intervention laparoscopique possible ;
  • une implication moindre du patient qui peut suivre un régime alimentaire libre, sauf pour les sucres simples.

L’implication moindre du patient et la réduction du poids pendant une période indéfinie sont des avantages importants par rapport à d’autres techniques comme le bypass gastrique et l’anneau gastrique.

Inconvénients de la dérivation biliopancréatique

Comme chaque intervention chirurgicale, la dérivation biliopancréatique présente des inconvénients :

  • c’est une technique chirurgicale plus compliquée par rapport à d’autres types d’opérations telles que le pontage et l’anneau.
  • l’opération est relativement plus chère que les autres options en chirurgie bariatrique
  • une fois l’opération effectuée, les patients doivent prendre des compléments alimentaires à vie en raison de diverses carences nutritionnelles ;
  • selles très malodorantes et flatulences par rapport à la quantité de nourriture ingérée, car les selles seront pleines de graisses non absorbées.

Quelle chirurgie bariatrique est la plus efficace ?

De nombreuses variables peuvent affecter le succès ou l’échec d’un type de chirurgie, mais en moyenne, on considère que l’efficacité thérapeutique de la chirurgie bariatrique est directement proportionnelle au caractère invasif de l’intervention :

  • L’anneau gastrique et ses variantes ont une efficacité comprise entre 40 et 60 % ;
  • Le bypass gastrique et ses variantes ont une efficacité de 60-70% ;
  • La diversion biliopancréatique et ses variantes ont une efficacité de 65-75%.

Ces chiffres ne sont qu’indicatifs. Une intervention donnée peut être plus ou moins efficace qu’une autre, en fonction principalement du patient qui la reçoit et de ses nombreuses variables subjectives.