comment-faire-face-aux-effets-secondaires-de-la-chimiothérapie

Comment faire face aux effets secondaires de la chimiothérapie

Chimiothérapie et effets secondaires

Parmi les nombreuses inquiétudes qui viennent à l’esprit lorsqu’un cancer est diagnostiqué figurent les effets secondaires de la chimiothérapie. Suivre une chimiothérapie entraîne généralement des réactions dans l’organisme, de la fatigue à la perte de cheveux, qui peuvent détériorer considérablement la qualité de vie du patient.

Toutefois, il convient de souligner d’emblée qu’il s’agit d’un traitement fondamental qui peut réellement sauver des vies. Cela peut, parfois, sembler être un détail, mais même la répétition de ce détail non négligeable peut, d’un point de vue psychologique, se transformer en un petit soutien.

Les effets secondaires de la chimiothérapie et quelques conseils utiles

Chimiothérapie et fatigue

Le symptôme le plus courant des effets de la chimiothérapie est sans aucun doute une sensation de fatigue et de lassitude. L’impression est celle d’un épuisement total des forces et, au cours du traitement, elle peut s’aggraver. C’est pourquoi il est important de pouvoir compter sur ses proches même pour accomplir certaines tâches quotidiennes. Il est important de faire attention aussi au travail : il est préférable de réduire les heures, pendant les phases les plus dures de la thérapie, ou d’opter pour le télétravail, en se rappelant de répondre à la demande de repos de l’organisme.

Perte de cheveux et troubles cutanés durant la chimiothérapie

La principale préoccupation en ce qui concerne les effets secondaires de la chimiothérapie est la perte de cheveux, qui s’accompagne également de troubles cutanés et d’une fragilisation des ongles. La perte de cheveux est le signe le plus évident du traitement en cours, c’est pourquoi il s’agit également d’une question très sensible d’un point de vue psychologique.

Pour essayer de se sentir aussi à l’aise, le conseil est de porter des chapeaux, des perruques, des foulards. En été, cependant, ils peuvent créer une gêne supplémentaire et provoquer des irritations. Il est donc conseillé de consulter le personnel médical et infirmier de l’établissement où vous êtes traité pour évaluer quelle est la solution la plus adaptée.

En fait, la peau devient généralement plus sensible et les patients atteints de cancer signalent souvent des irritations cutanées. C’est pourquoi il est préférable de ne jamais oublier la protection solaire.

Les troubles digestifs liés à la chimiothérapie

Nausées, vomissements, ulcères dans la bouche, altération du goût, mais aussi perte d’appétit, diarrhée et constipation. Les cellules qui tapissent les muqueuses du système digestif sont exposées aux effets secondaires de la prise de médicaments. C’est pourquoi ces types de symptômes et de troubles sont très fréquents chez les personnes qui suivent une chimiothérapie.

Toutes n’ont pas la même cause ni la même solution : les nausées et les vomissements, par exemple, sont souvent étroitement liés à la prise de médicaments et sont souvent traités par une contre-thérapie antiémétique.

En revanche, la douleur, l’inflammation et les ulcères, en particulier dans la bouche, peuvent apparaître dans les dix jours suivant le début du traitement et peuvent être traités par des rinçages pour éviter les infections, et par des analgésiques pour rendre la douleur plus supportable et pouvoir boire et manger régulièrement.

En effet, il n’est pas rare que les patients atteints de cancer perdent l’appétit. Ne vous inquiétez pas si vous ne pouvez pas manger le jour du traitement ou le lendemain, tant que votre appétit revient entre les séances de chimiothérapie. Ne sous-estimez jamais l’importance d’une bonne hydratation et, lorsque l’appétit revient, d’une alimentation saine, équilibrée et riche en fibres.

Chimiothérapie et infections du système circulatoire

Le sang et le système circulatoire en général peuvent également être affectés par la chimiothérapie. Ces médicaments ont tendance à entraver le renouvellement des cellules sanguines, ce qui peut entraîner des infections, notamment celles causées par une baisse drastique des globules blancs.

Les cas d’anémie ne sont pas rares, liés à une carence en globules rouges, ce qui contribue à la sensation de fatigue et de lassitude. Des saignements des muqueuses ou des ecchymoses sont également souvent signalés. La solution dans ces cas est subjective, parfois même une transfusion est nécessaire, mais c’est le médecin qui définit ce qui est nécessaire au cas par cas.

Infertilité suite à la chimiothérapie

Une préoccupation répandue, surtout chez les jeunes patients, est l’impact que le traitement par chimiothérapie peut avoir sur leur vie sexuelle et leur fertilité. Dans le premier cas, les spécialistes se veulent rassurants : il est normal que la combinaison de la fatigue et des pensées, et, pour les femmes, des lésions des muqueuses, entraîne une baisse du désir ou que les rapports sexuels deviennent douloureux. Toutefois, il ne s’agit que d’un ralentissement temporaire. Le conseil est donc de parler ouvertement avec votre partenaire et, si nécessaire, de faire appel à un soutien professionnel pour vous guider dans cette période compliquée.

Pour la fertilité, le dialogue et une relation de confiance avec l’équipe médicale sont également essentiels. Ensemble, les souhaits de la famille peuvent être pris en compte lors de la planification du traitement. Il peut parfois être nécessaire de recourir à des stratégies alternatives, comme la collecte et la congélation de sperme et d’ovules avant le début de la chimiothérapie. C’est pourquoi il est essentiel d’être honnête et clair dès le départ.

Enfin, il faut toujours utiliser des méthodes de contraception sûres pendant la chimiothérapie. Et ce, pour plusieurs raisons :

  • Certains médicaments utilisés pendant le traitement peuvent provoquer des malformations fœtales ;
  • de petites quantités de médicaments peuvent passer dans le sperme et les sécrétions vaginales.

Devis Gratuit

Comment prévenir les effets secondaires de la chimiothérapie ?

Il est vrai que de nombreux effets secondaires de la chimiothérapie sont imprévisibles car ils varient d’une personne à l’autre, mais il est possible d’en discuter au préalable avec des spécialistes et, comme dans le cas de la fertilité, d’essayer d’explorer ensemble toutes les solutions possibles.

En effet, les doses de médicaments administrés lors d’une chimiothérapie ont été réduites par rapport à il y a quelques années et l’on a davantage tendance à combiner différents médicaments, ce qui réduit l’ampleur des effets secondaires chez certaines personnes. Il faut demander explicitement à votre médecin quels médicaments et substances seront inclus dans votre traitement avant qu’il ne commence, et de discuter des effets secondaires les plus courants à un stade précoce.

Enfin, il est important de se rappeler que la plupart des symptômes et des maladies qui peuvent être causés par la chimiothérapie sont temporaires. Ils disparaissent souvent à la fin du traitement et peuvent être maintenus à distance au pire moment grâce à des médicaments spécifiques.

En conclusion, il est indéniable que la chimiothérapie provoque des effets secondaires qui peuvent affecter et détériorer la qualité de vie, mais cela ne signifie pas qu’il faille en conclure que la chimiothérapie est mauvaise. En effet, c’est le traitement le plus efficace à ce jour pour éradiquer définitivement un grand nombre de tumeurs. La perspective d’une vie saine peut aider à surmonter l’inquiétude légitime et naturelle que suscite le traitement lui-même.