dérèglement thyroïde

Comment détecter un problème de thyroïde ?

La thyroïde, ça sert à quoi ?

La glande thyroïde est un petit organe, mais elle est très importante car elle régule les processus métaboliques et la consommation d’énergie de l’ensemble du corps par la production de deux hormones : la thyroxine (T4) et la triiodothyronine (T3).

Cette petite glande en forme de papillon d’une vingtaine de grammes, située immédiatement sous la pomme d’Adam, joue un rôle clé dans le contrôle des cellules et des différents tissus de l’organisme, avec une forte influence sur de multiples fonctions corporelles (poids corporel, cholestérol, rythme cardiaque, vue, masse musculaire, cycle menstruel, état mental, peau et cheveux).

Une fonction importante est également assurée par le système nerveux central, via l’hypothalamus et l’hypophyse (productrice de l’hormone TRH ou thyrotropine), qui régulent et contrôlent le trophisme de la glande et la production nécessaire à l’organisme des deux hormones thyroïdiennes : la triiodothyronine (T3) et la thyroxine (T4). Les hormones thyroïdiennes ont deux effets principaux, celui d’augmenter le métabolisme de base, c’est-à-dire la quantité d’énergie utilisée par un individu au repos, et celui d’augmenter le taux d’utilisation des substances énergétiques utiles, par exemple, pour stimuler la croissance d’un enfant.

Comment détecter un problème de thyroïde

Un dysfonctionnement de la glande thyroïde crée d’abord des symptômes silencieux et difficiles à reconnaître. Dans certains cas, les symptômes peuvent même apparaître après des mois ou des années.

Les symptômes caractéristiques de l’hypothyroïdie sont les suivants :

  • Fatigue
  • Obésité
  • Intolérance au froid
  • Douleurs musculaires ou articulaires
  • Constipation
  • Peau et cheveux secs
  • Des menstruations abondantes
  • Difficultés de conception
  • Dépression
  • Altération de la mémoire
  • Bradycardie

Alors que les symptômes de l’hyperthyroïdie incluent :

  • Anxiété
  • Insomnie
  • Irritabilité
  • Tachycardie ou palpitations cardiaques
  • Tremblement
  • Perte de poids.

L’hyperthyroïdie

Lorsque la glande thyroïde fonctionne trop, il y a un excès d’hormones thyroïdiennes dans l’organisme. Cette affection est appelée hyperthyroïdie.

Les effets de l’hyperthyroïdie sont les suivants : accélération du rythme cardiaque avec palpitations et arythmies possibles, perte de poids, insomnie, anxiété, tremblements, transpiration, faiblesse musculaire.

Les concentrations sanguines de FT3 et FT4 sont augmentées, tandis que la TSH connaît des valeurs relativement basses.

Les causes peuvent être :

  • Processus auto-immuns affectant la glande thyroïde (maladie de Basedow), dans lesquels des modifications oculaires peuvent être associées.
  • Nodules thyroïdiens hyperfonctionnels (uniques ou multiples dans un goitre multinodulaire).
  • Processus inflammatoires (phase hyperthyroïdienne de la thyroïdite subaiguë).
  • Médicaments (par exemple, amiodarone, excès d’iode).

Devis Gratuit

L’hypothyroïdie

L’hypothyroïdie est la maladie thyroïdienne la plus courante. Lorsque la glande thyroïde fonctionne mal, les concentrations sanguines d’hormones thyroïdiennes (FT3 et FT4) sont faibles.

Dans la plupart des cas, l’hypothyroïdie est « primaire », c’est-à-dire due à une pathologie primaire de la thyroïde. Dans ces cas, la concentration sanguine de TSH (l’hormone hypophysaire qui stimule la glande thyroïde) est augmentée, car l’effet inhibiteur que les hormones thyroïdiennes exercent sur la sécrétion de TSH est perdu. La TSH est un indice très sensible de la fonction thyroïdienne et dans les formes légères d’hypothyroïdie (« hypothyroïdie subclinique »), les hormones thyroïdiennes sont encore normales et le seul signe est une augmentation modérée de la TSH.

Les causes les plus courantes de l’hypothyroïdie primaire chez l’adulte sont la thyroïdite chronique auto-immune de Hashimoto, l’ablation chirurgicale de la thyroïde et l’inactivation fonctionnelle de la thyroïde après un traitement à l’iode. La carence sévère en iode est une cause importante d’hypothyroïdie et de goitre dans le monde entier. D’autres causes peuvent être les résultats d’une radiothérapie externe dans la région du cou et la prise de certains médicaments qui peuvent interférer avec la fonction thyroïdienne (comme l’amiodarone, le lithium, l’interféron bêta ; lors de l’utilisation de ces médicaments, la fonction thyroïdienne doit être contrôlée périodiquement).

Dans de rares cas, il peut y avoir un manque de développement de la thyroïde ou une altération congénitale de la synthèse des hormones thyroïdiennes.

Comment repérer un cancer de la thyroïde ?

En présence de signes et de symptômes évocateurs d’un cancer de la thyroïde, le clinicien peut évaluer l’altération de la forme et de la taille de la glande thyroïde, et recueillir des informations sur les antécédents médicaux et familiaux du patient.

La confirmation diagnostique d’un carcinome thyroïdien nécessite une biopsie. Toutefois, avant que le clinicien ne décide de procéder à une biopsie ou à une ablation chirurgicale, le patient doit subir une série de tests sanguins et d’imagerie. Ces tests permettent au clinicien d’évaluer la fonction thyroïdienne et de déterminer le type de cancer présent.

En présence de signes et de symptômes permettant de suspecter un cancer de la thyroïde, le clinicien peut évaluer l’altération de la forme et de la taille de la glande thyroïde, et recueillir des informations sur les antécédents médicaux et familiaux du patient.

La confirmation diagnostique d’un carcinome thyroïdien nécessite une biopsie. Toutefois, avant que le clinicien ne décide de procéder à une biopsie ou à une ablation chirurgicale, le patient doit subir une série de tests sanguins et d’imagerie. Ces tests permettent au clinicien d’évaluer la fonction thyroïdienne et de déterminer le type de cancer présent.

Dérèglement thyroïde le diagnostic ?

Les tests disponibles pour diagnostiquer une pathologie de la thyroïde sont les suivants :

  • Bilans sanguins, évaluant les niveaux d’hormones thyroïdiennes circulantes. Normalement, on mesure la valeur de l’hormone TSH et de la thyroxine T4. Parfois, on mesure également la T3. Des taux élevés de T4 et des taux faibles, voire inexistants, de TSH indiquent que la glande thyroïde produit trop d’hormones, ce qui indique une hyperthyroïdie. À l’inverse, un faible taux de T4 et un taux élevé de TSH sont des indications d’hypothyroïdie.
  • L’échographie, qui examine la structure et la taille de la glande thyroïde. Elle peut ainsi mettre en évidence la présence de nodules à l’intérieur de la glande et distinguer les kystes (nodules remplis de liquide) des nodules solides
  • l’aspiration à l’aiguille et la biopsie, permet de distinguer les nodules thyroïdiens bénins et malins. L’aspiration à l’aiguille est réalisée à l’aide d’une aiguille fine pour prélever des tissus à examiner sous guidage échographique. Elle permet de déterminer si des cellules cancéreuses sont présentes dans la glande thyroïde et, le cas échéant, à quel type elles appartiennent.
  • La scintigraphie peut fournir des informations utiles sur la structure et la fonction de la glande thyroïde. L’examen consiste à introduire une petite quantité d’iode radioactif dans une veine. L’iode s’accumule dans la thyroïde, qui peut alors être étudiée à l’aide d’une machine spéciale. Cet examen permet de distinguer les nodules chauds (qui produisent un excès d’hormone et sont presque toujours non cancéreux) des nodules froids (qui ne produisent pas d’hormone mais peuvent être cancéreux).