chirurgie-mini-invasive

Chirurgie mini-invasive :Quelles sont les techniques?

Laparoscopie

Qu’est-ce que la laparoscopie ?

La laparoscopie ou chirurgie laparoscopique est une technique chirurgicale mini-invasive, qui est utilisée à la fois pour le diagnostic et le traitement de certaines maladies. Selon le but recherché, le nombre d’incisions peut varier car, dans la thérapeutique, il faut également introduire des instruments chirurgicaux. Le nom vient de l’instrument, le laparoscope, qui est introduit pendant la procédure chirurgicale dans la zone d’intervention, par exemple l’abdomen. Le laparoscope est un tube fin (d’environ 5 à 10 mm de diamètre) équipé d’un système d’éclairage et d’une caméra à fibre optique qui transmet les images à un moniteur. Cela permet au chirurgien de s’orienter à l’intérieur de l’abdomen (ou du bassin) et de réaliser correctement l’opération. Les avantages de la chirurgie laparoscopique sont nombreux. Bien que les durées d’intervention ne soient pas très différentes de celles de la chirurgie traditionnelle et qu’elles puissent nécessiter une anesthésie générale, la laparoscopie permet une récupération postopératoire beaucoup plus rapide, un risque réduit de complications, moins de saignements peropératoires et un impact esthétique et psychologique moindre. De nombreuses opérations abdominales et pelviennes peuvent être réalisées par laparoscopie.

Laparoscopie diagnostique

Les procédures non invasives telles que l’imagerie par résonance magnétique nucléaire (IRM) et/ou l’échographie sont généralement privilégiées pour établir un diagnostic. Toutefois, lorsque ces outils ne donnent pas de résultats clairs, il peut être nécessaire, dans des cas extrêmes, de recourir à la laparoscopie diagnostique qui, bien que peu invasive, reste une procédure chirurgicale. Il est généralement utilisé pour le diagnostic des maladies gynécologiques :

  • Maladie inflammatoire pelvienne, c’est-à-dire inflammation aiguë ou chronique, affectant les organes reproducteurs de la femme et les structures adjacentes.
  • Endométriose.
  • Infertilité.
  • Grossesse extra-utérine.
  • Kystes ovariens.
  • Fibrome utérin.

D’autres pathologies peuvent être examinées : cryptorchidie (absence de descente d’un ou des deux testicules de la cavité abdominale vers le scrotum) ; appendicite (inflammation d’une petite section du gros intestin) ; douleurs abdominales et/ou pelviennes sans raison apparente.

Enfin, les tumeurs des organes abdominaux/pelviens sont également diagnostiquées : foie, pancréas, reins, ovaires, canal cholédoque et vésicule biliaire. En cas de tumeur, la laparoscopie diagnostique offre la possibilité de prélever un petit échantillon de cellules de l’organe malade pour une analyse ultérieure en laboratoire (biopsie). En outre, si le chirurgien rencontre un problème qui peut (ou doit) être résolu immédiatement, la laparoscopie diagnostique peut également devenir thérapeutique au cours de la même séance.

Laparoscopie thérapeutique

Au cours de l’intervention, le chirurgien peut retirer un appendice enflammé (appendicectomie), la vésicule biliaire (cholécystectomie), une section de l’intestin gravement enflammée qui ne s’améliore pas avec d’autres thérapies (par exemple, la maladie de Crohn), des portions de tissu adipeux, par exemple pour réduire le poids corporel. Une tumeur, l’embryon dans le cas d’une grossesse extra-utérine, un fibrome ou même l’utérus (hystérectomie) peuvent également être retirés. L’opération peut également être utilisée pour réaliser une chirurgie de la hernie (typique de la hernie inguinale), pour arrêter les saignements causés par un ulcère gastrique, etc.

Devis Gratuit

Endoscopie

L’endoscopie fait toujours référence à une technique d’observation directe de l’intérieur d’un organe ou d’une cavité, à l’aide d’un instrument optique (un tube équipé d’un éclairage et relié à une caméra et à un moniteur). Dans ce cas, cependant, l’accès à la zone se fait par les orifices naturels du corps humain ou par la paroi abdominale, comme cela peut être le cas avec l’hystéroscopie et la laparoscopie. L’endoscopie, comme la laparoscopie, est également une technique qui peut être utilisée pour le diagnostic et l’observation, ainsi que pour le traitement et la chirurgie. Elle est largement utilisée en gynécologie pour traiter des affections qui peuvent également être traitées par laparoscopie, mais qui impliquent des incisions abdominales.

L’endoscopie est largement utilisée en otorhinolaryngologie, où la chirurgie endoscopique des sinus est très courante pour traiter les lésions ou les problèmes à l’intérieur du nez qui empêchent une respiration normale, affectent l’odorat ou provoquent des douleurs au visage et à la tête. Dans le domaine de la chirurgie générale et digestive, l’endoscopie ou la laparoscopie peuvent être indiquées pour la chirurgie de l’obésité (chirurgie bariatrique). Dans le domaine de la neurochirurgie, en cas d’urgence, cette procédure peut être utile pour traiter une hémorragie cérébrale ou un accident vasculaire cérébral (AVC).

Le principal avantage de la chirurgie endoscopique est qu’elle est moins invasive que les autres techniques chirurgicales et permet une période postopératoire plus courte.

Chirurgie robotique

Un progrès dans les techniques de chirurgie mini-invasive, comme la chirurgie endoscopique, est la chirurgie robotique, qui consiste en une série de techniques effectuées par un chirurgien spécialisé, à l’aide d’un système robotique de haute précision, qui permet une meilleure vue de la zone à traiter et autorise des mouvements avec les instruments chirurgicaux qui seraient autrement impossibles pour un être humain.  La chirurgie robotique est réalisée à l’aide de robots. Il s’agit d’une technique très avancée, qui permet au chirurgien de réaliser des opérations très précises. L’instrument chirurgical est fixé aux bras du robot et le spécialiste le manipule depuis un poste de travail informatique. Le robot reproduit les mouvements du chirurgien. Par rapport à la chirurgie traditionnelle, la robotique permet de réaliser des incisions plus petites et plus précises, le temps de récupération est plus rapide et la douleur est moins intense après l’opération.

Les principaux avantages de la chirurgie robotique par rapport à la chirurgie ouverte sont les suivants : moins de pertes de sang pendant l’opération, moins de dommages à la peau, aux muscles et aux tissus, un temps de récupération plus court et moins douloureux, moins de risques d’infection, des cicatrices plus petites et donc moins visibles. Par rapport à la chirurgie laparoscopique, la robotique permet au chirurgien de voir le champ opératoire en 3D plutôt qu’en 2D et lui donne une liberté de mouvement dans toutes les directions de l’espace, ce qui permet de réaliser des techniques délicates avec plus de précision. Comme pour toute intervention chirurgicale, il existe des risques liés à l’anesthésie générale et à l’infection, même si, étant moins invasive, ils sont plus faibles qu’avec d’autres techniques.