Chirurgie-de -la hernie discale

Chirurgie de la hernie discale

Hernie discale : comment et pourquoi se forme-t-elle ?

Les disques intervertébraux sont des coussins qui séparent les vertèbres et jouent le rôle d’amortisseurs. Ils sont constitués d’un anneau circulaire (l’anneau fibreux) qui entoure un noyau gélatineux (le nucleus pulposus).

Une hernie discale se forme lorsque, pour diverses raisons, la pression interne du noyau pulpeux est trop importante, que l’anneau fibreux se rompt et qu’une partie du noyau s’échappe et fait une hernie.

Le risque de hernie augmente non seulement en raison du vieillissement des tissus, mais aussi des conditions qui accélèrent sa dégénérescence (mauvaise posture, travail ou sport qui usent le disque ou impliquent une surcharge de la colonne vertébrale, traumatisme, etc.)

En quoi consiste l’intervention pour soigner la hernie discale ?

L’intervention destinée au traitement des hernies discales permet de réduire l’impact sur les structures osseuses et musculaires ainsi que sur l’anneau fibreux (annulus) qui constitue l’armature du disque intervertébral. Ce type d’intervention est indiquée :

  • après l’échec des thérapies conservatrices, c’est-à-dire avec des médicaments, de la rééducation, de l’ostéopathie, des ultrasons et lorsque les symptômes associés durent plus d’un mois et demi (6 semaines) ;
  • après une évaluation minutieuse, variable selon les cas, de l’apparition de déficits sensori-moteurs d’évolution progressive.

Le recours au traitement chirurgical devient indispensable en cas de :

  • syndrome cauda equina, dans lequel la compression affecte un faisceau nerveux fondamental pour le fonctionnement des membres inférieurs.
  • parésie des muscles ou déficits moteurs sévères apparaissant soudainement.

Déroulement de la chirurgie de la hernie discale

La chirurgie de la hernie discale est-elle une intervention sûre ?

La chirurgie de la hernie discale est aujourd’hui une opération sûre, courte (20 à 40 minutes), avec des complications minimes lorsqu’elle est pratiquée par des mains expérimentées. Des milliers de patients souffrant d’une hernie discale sont opérés quotidiennement par les chirurgiens, des plus simples aux plus complexes, avec d’excellents résultats cliniques. L’opération d’une hernie discale consiste à retirer le tissu herniaire qui comprime la racine nerveuse ou le sac dural.

Jusqu’à récemment, les chirurgiens pensaient qu’une démolition importante du tissu osseux vertébral était nécessaire afin de mieux visualiser les racines nerveuses comprimées. Désormais de nos jours, la chirurgie d’une hernie discale est possible avec une ablation minimale des structures osseuses et ligamentaires, afin de préserver la stabilité de la colonne lombaire et de minimiser le risque de futurs lumbagos ou autres complications.

Chirurgie de la hernie discale étape par étape

Pour la chirurgie de la hernie discale, une petite incision cutanée est pratiquée en arrière dans le plan médian (ligne délimitée par les apophyses épineuses) au niveau de l’espace intervertébral concerné par la hernie discale (un amplificateur de brillance est parfois utilisé). Une fois le plan vertébral atteint, le chirurgien effectue une déstabilisation de la colonne vertébrale et atteint la racine nerveuse bloquée par la hernie discale.

Ensuite, le sac dural est soigneusement mobilisé afin de mettre en évidence le conflit entre la hernie discale et la racine nerveuse, et la racine est délicatement libérée le long de son parcours. Une fois la hernie discale identifiée, elle est retirée. Ensuite, une microdiscectomie est effectuée. Cela se fait toujours sous le microscope.

Devis Gratuit

Chirurgie de la hernie discale : suites opératoires

La douleur radiculaire disparaît normalement immédiatement après l’opération de la hernie discale. La régression des autres symptômes n’est pas toujours aussi immédiate et se fait progressivement. Dans les premiers jours, on observe une amélioration de la motilité, tandis que les troubles sensoriels sont les derniers à se rétablir car il s’agit de fibres très fines. Les résultats statistiques de l’ablation de la hernie discale indiquent la disparition des douleurs radiculaires dans plus de 95% des cas, tandis que les douleurs lombaires sont moins favorablement affectées. La récupération motrice est généralement bonne. Les réflexes rotulien et achilléen, s’ils sont absents en préopératoire, ne réapparaissent que dans 60 % des cas. L’apparition de douleurs 3 à 5 jours après l’opération de la hernie discale est généralement due à une réactivation temporaire du processus inflammatoire suite à l’opération et régresse avec la corticothérapie. Les cas de compression de la cauda equina et de déficits moteurs liés au développement doivent être considérés séparément. Dans ces cas, la récupération est plus lente.

Suivi postopératoire et réhabilitation

Après une opération de la colonne vertébrale, le patient est rappelé chez le spécialiste ou à l’hôpital pour surveiller la stabilisation de la zone. Il s’agit d’un programme d’examens et de tests diagnostiques que le patient doit suivre scrupuleusement.

Le principal soutien pour asتsurer le succès de l’opération est le traitement de réhabilitation. Dans le cas d’une chirurgie pour une hernie discale, elle doit être commencée au plus tôt 12-14 semaines après l’opération. Après l’opération, il est nécessaire de limiter l’activité physique, tandis qu’il est conseillé de reprendre le travail dans les 2 à 4 semaines.

La thérapie de réhabilitation a quatre objectifs principaux

  • accélérer la résolution des symptômes et, en particulier, de la douleur.
  • favoriser une récupération fonctionnelle et une réinsertion professionnelle aussi rapides que possible.
  • éviter ou limiter la chronicité des symptômes.
  • prévenir les complications et les rechutes.

Prévention de la hernie discale

La prévention, comme pour la majorité des maladies, joue un rôle essentiel. Bien que les hernies discales aient souvent une composante génétique sous-jacente, elles peuvent néanmoins bénéficier de toutes sortes de mesures de prévention. Pour réduire le risque d’être affecté par une hernie discale, il faut surtout maintenir une bonne qualité et hygiène de vie.

La prévention de la hernie discale passe par un mode de vie sain comprenant un exercice modéré et régulier, le maintien d’un poids normal et une alimentation équilibrée. Il est évidemment nécessaire d’éviter les sports fatigants ou les efforts excessifs, comme le fait de soulever ou de porter des poids. Une bonne posture permet d’éviter les modifications de la colonne vertébrale qui peuvent entraîner une hernie.