cancer-et-fertilite

Cancer et fertilité

Qu’est-ce que la fertilité ?

En général, la fertilité fait référence à la capacité d’un organisme vivant à se reproduire, c’est-à-dire à concevoir une nouvelle vie, et la vie fertile est définie comme la période pendant laquelle une femme est capable de procréer.

La probabilité mensuelle de concevoir un enfant est d’environ 30%, mais elle diminue à 20% après 35 ans et à 10% après 40 ans. La fertilité diminue avec l’âge, les effets étant plus marqués chez les femmes que chez les hommes. Chez l’homme, les caractéristiques du liquide séminal diminuent nettement après 35 ans, mais la fertilité reste pratiquement inchangée jusqu’à environ 50 ans. Chez les femmes, la fertilité est fortement réduite après 40 ans, car le nombre d’ovocytes diminue avec l’âge et ils deviennent de mauvaise qualité. Cela augmente le taux de fausses couches et la possibilité que les enfants naissent avec des anomalies chromosomiques (par exemple, le syndrome de Down).

Fertilité féminine et cancer

Quels cancers peuvent affecter la fertilité chez la femme ?

Les cancers les plus fréquents chez les femmes de 20 à 40 ans, c’est-à-dire au milieu de leur vie féconde, sont le sein, la thyroïde, le col de l’utérus et l’ovaire, puis les sarcomes, les lymphomes et les leucémies.

Aujourd’hui, de plus en plus de femmes sont confrontées au problème d’une éventuelle infertilité, à la fois parce que les cas de maladie pendant la vie féconde sont de plus en plus nombreux et parce que l’âge de la première grossesse est de plus en plus avancé.

Maternité après un cancer

Devenir mère demande beaucoup d’énergie sur le plan personnel, tout en imposant des ajustements dans la relation avec son partenaire et sa famille d’origine.

Pour les femmes d’aujourd’hui, la maternité est le résultat d’une planification minutieuse et n’est plus une étape naturelle dans leur épanouissement personnel et familial. Elle est souvent reportée afin de se consacrer aux études ou à la carrière, ou simplement pour profiter d’une relation plus libre. Lorsque survient une maladie telle que le cancer qui compromet directement ou indirectement la fertilité, la situation devient plus complexe. Bien que le désir de maternité soit vécu par chaque femme de manière différente, les inquiétudes concernant la possibilité de ne pas pouvoir avoir d’enfant s’accompagnent de craintes pour sa propre santé et celle de l’enfant.

La meilleure façon de dissiper les doutes et les craintes est de partager avec l’oncologue traitant et avec le gynécologue, éventuellement un expert dans la gestion des problèmes de fertilité chez les patients atteints de cancer, le désir d’avoir un enfant après la guérison afin de recevoir des informations correctes et complètes pour faire des choix éclairés, sûrs et efficaces.

Fertilité masculine et thérapie oncologique

Pourquoi est-il important de penser à sa fertilité lorsqu’on a un cancer ?

La fertilité masculine peut être altérée par certains traitements contre le cancer. Avant même le début des traitements anticancéreux, certains cancers, comme le cancer des testicules et le lymphome de Hodgkin, peuvent diminuer le nombre de spermatozoïdes. De nombreux hommes atteints de la maladie cancéreuse souhaitent avoir des enfants à l’avenir. Certains hommes ne savent pas qu’il existe des options pour préserver leur fertilité et que le meilleur moment pour le faire est avant les traitements contre le cancer.

Après le diagnostic de la maladie cancéreuse et dès que possible, demandez à votre médecin quelles sont les techniques de préservation de la fertilité disponibles. Il est parfois possible de choisir un plan de traitement moins agressif pour la fonction reproductive.

Comment les traitements du cancer peuvent-ils affecter la fertilité future ?

La chimio et la radiothérapie ainsi que certaines interventions chirurgicales peuvent entraîner des problèmes de fertilité même après rémission du cancer. L’infertilité peut survenir rapidement ou après quelques mois et peut durer des mois, des années ou être permanente.

La chimiothérapie peut réduire ou arrêter la production de sperme, ce qui affecte vos chances d’avoir un enfant. En outre, l’hormonothérapie pour le cancer de la prostate affecte souvent aussi la production de sperme.

La radiothérapie peut diminuer la production de spermatozoïdes lorsque le traitement concerne l’ensemble du corps, les testicules ou certaines zones, comme le bassin (près des testicules), l’hypophyse (glande produisant des hormones, située à la base du cerveau) et le cerveau. Le cerveau travaille en collaboration avec l’hypophyse pour signaler aux testicules de produire des spermatozoïdes et de la testostérone, la principale hormone sexuelle.

L’ablation chirurgicale des deux testicules arrête définitivement la production de sperme. L’ablation d’un seul testicule pour le traitement du cancer des testicules peut diminuer la quantité de sperme produite. Malgré cela, les hommes atteints d’un cancer du testicule peuvent être en mesure d’avoir un enfant, à moins que le testicule restant ne produise pas de spermatozoïdes.

Une intervention chirurgicale sur la prostate, la vessie, le gros intestin, la colonne vertébrale ou le rectum peut endommager les nerfs et rendre l’homme incapable d’éjaculer. Parfois, ce type d’opération entraîne le passage du sperme dans la vessie. Ce problème est appelé éjaculation rétrograde.

Quelle est la probabilité de devenir stérile avec un cancer ?

Tous les hommes ne deviennent pas stériles après un traitement contre le cancer. L’impact des traitements anticancéreux sur la fertilité dépend de plusieurs facteurs, notamment :

– Type et dose (quantité) de chimiothérapie

– Dose et site de radiothérapie

– Site de la chirurgie

– l’âge (le risque d’infertilité augmente avec l’âge)

– Fonction reproductive avant les traitements anticancéreux

Certains médicaments anticancéreux présentent un risque d’infertilité plus élevé que d’autres. Si vous prévoyez de suivre une chimiothérapie, demandez à votre médecin (oncologue) quels sont les médicaments les moins susceptibles d’affecter votre fertilité.

Devis Gratuit

Comment préserver la fertilité ?

Les stratégies disponibles pour préserver la fertilité avant le traitement du cancer sont les suivantes :

  • la congélation d’embryons ;
  • la congélation des ovocytes ;
  • la congélation des tissus ovariens ;
  • la chirurgie de préservation de la fertilité.

Le choix dépend de plusieurs facteurs : le type de tumeur, le type de chimiothérapie et le temps disponible avant de la commencer, l’âge de la patiente et la présence ou non d’un partenaire. C’est pourquoi il est conseillé de toujours s’adresser à des centres spécialisés.