Tout-savoir-sur- l’hypertrophie-des cornets-nasaux

Tout savoir sur l’hypertrophie des cornets nasaux

Que sont les cornets nasaux ?

Les cornets nasaux sont trois structures osseuses placées à l’intérieur de chaque cavité nasale. Ils sont divisés en inférieur, moyen et antérieur et jouent, avec les autres structures nasales, un rôle fondamental dans l’accomplissement des fonctions de conditionnement, de chauffage, de filtrage et d’humidification de l’air inhalé.

Ils sont recouverts d’une muqueuse respiratoire richement vascularisée et capable de modifier son volume en réponse à des stimuli externes de nature diverse (agents irritants, inflammation, traumatisme). Cependant, lorsque cette augmentation de volume se stabilise dans le temps, obstruant plus ou moins complètement les voies nasales, il s’établit un tableau pathologique d’hypertrophie qui concerne le plus souvent les cornets inférieurs et provoque la sensation typique de nez bouché.

Causes de l’hypertrophie des cornets nasaux

L’hypertrophie aiguë des cornets nasaux, qui est généralement temporaire, connaît des causes différentes de l’hypertrophie chronique.

Parmi les causes possibles de l’hypertrophie aiguë des cornets nasaux on retrouve :

  • Sinusite aiguë ou chronique.
  • Les allergies saisonnières (rhinite allergique).
  • Irritation due à des agents chimiques, à la pollution atmosphérique ou à la poussière.
  • Le tabagisme (chez les personnes prédisposées, le risque augmente).
  • Utilisation excessive de sprays nasaux décongestionnants.

Symptômes de l’hypertrophie des turbines

Le principal symptôme de l’hypertrophie des cornets nasaux est la difficulté à respirer. Ces structures nasales sont réalisées de manière à laisser tout l’espace nécessaire à l’air pour passer par le nez et atteindre la gorge. Cependant, lorsque la muqueuse qui les recouvre s’enflamme et augmente de volume, le « canal » par lequel ils passent devient beaucoup plus étroit, avec pour conséquence l’impression de ne pas pouvoir inhaler tout l’air dont nous avons besoin pour nous oxygéner convenablement. Les autres symptômes attribuables à cette affection sont, ou peuvent être :

  • Altération de l’odorat.
  • Sécheresse buccale (bouche sèche) au réveil. Cela se produit parce que, pendant la nuit, pour compenser l’apport insuffisant d’oxygène par le nez, vous avez tendance à respirer la bouche ouverte.
  • Sensation de pression dans le front.
  • Douleur dans les joues et la partie supérieure du nez (lorsque l’hypertrophie des cornets est associée à une sinusite, les zones autour du globe oculaire et de la mâchoire sont également douloureuses).
  • Congestion nasale qui ne s’atténue pas.
  • Ronflement et nez « bruyant » : en fait, le passage de l’air dans le canal étroit du nez produit des sifflements, un peu comme ce qui se passe lorsque le vent passe dans un goulot d’étranglement.
  • Apnée obstructive du sommeil.
  • Parfois, sensation d’avoir les oreilles bouchées.
  • Maux de gorge (pharyngite), récurrents.
  • Otites récurrentes.

Traitement de l’hypertrophie des cornets nasaux

Traiter la cause de l’hypertrophie des cornets nasaux

Le traitement de l’hypertrophie des cornets nasaux varie en fonction de la cause et ne peut être résolu que si les facteurs contribuant à l’inflammation sont éliminés. C’est pourquoi, si la cause de l’hypertrophie des cornets nasaux est une infection, comme une sinusite aiguë ou chronique, la maladie sous-jacente doit d’abord être traitée. Si, en revanche, la cause de l’hypertrophie des cornets est une allergie, il faut éviter, dans la mesure du possible, d’entrer en contact avec les allergènes qui provoquent la réaction inflammatoire et prendre un antihistaminique et éventuellement des corticostéroïdes.

Traitement chirurgical de  l’hypertrophie des cornets nasaux

Pour traiter les cas les plus résistants et les plus graves d’hypertrophie des cornets nasaux, on peut avoir recours à la chirurgie. L’une des interventions les plus efficaces est la réduction des cornets nasaux à l’aide de la technique de radiofréquence. Il s’agit d’une opération très simple qui est pratiquée sur les cornets inférieurs, en hôpital du jour et sous anesthésie locale.

Pour réaliser l’opération, qui dure environ dix minutes, le chirurgien introduit dans le nez une sorte d’aiguille fine, reliée à l’appareil de radiofréquence, qui transmet aux cornets nasaux des ondes électromagnétiques aux muqueuses hypertrophiées.

Au cours du processus de guérison qui suit, les muqueuses retrouvent leur état normal. La procédure elle-même n’est pas douloureuse et n’est que très peu invasive. Cependant, il est possible que le patient au cours des trois semaines suivant l’opération ait toujours une sensation de nez bouché, qui fait partie du processus normal de guérison et de régénération des tissus internes. Pendant cette période postopératoire, il faut veiller scrupuleusement à l’hygiène du nez, par des lavages fréquents avec des solutions salines, et éviter les efforts physiques. Dans certains cas, il est possible que les cornets nasaux redeviennent gonflés, et il est nécessaire de répéter l’opération.

Rhinoplastie et syndrome du nez vide

Les cornets hypertrophiées peuvent être à l’origine de nombreux maux et entravent certainement la respiration, ce qui a un impact négatif sur la santé globale. En fait, le déficit d’oxygénation est l’une des conditions les plus néfastes pour le corps humain. Cela dit, il faut aussi être très attentif au problème inverse, c’est-à-dire aux conséquences des opérations de rhinoplastie qui modifient l’anatomie des cornets. En fait, une conséquence assez grave pourrait se produire, appelée « syndrome du nez vide ». Il s’agit d’une affection chronique, résultant de l’ablation de la muqueuse des cornets nasaux, qui peut devenir extrêmement invalidante, se manifestant par divers symptômes tels que :

  • Sensation d’avoir le nez bouché ou de ne pas pouvoir inhaler correctement, voire de s’étouffer.
  • Sensation que l’air inhalé est trop chaud ou trop froid.
  • Saignements nasaux dus à la rupture de petits capillaires.
  • Maux de tête.
  • Étourdissements.
  • Production insuffisante de mucus avec pour conséquence que le nez devient sec et que des croûtes se forment à l’intérieur des narines.
  • Troubles du sommeil.
  • Réduction ou perte du sens de l’odorat.

Ces modifications de la fonction nasale sont souvent associées à un type de chirurgie du nez appelé turbinectomie, qui consiste à enlever ou à remodeler les cornets nasaux. En général, cette procédure est utilisée en dernier recours, précisément chez ceux qui souffrent d’une hypertrophie chronique des cornets, ou chez ceux qui ont un problème de déviation de la cloison nasale si prononcé qu’il nécessite une rhinoplastie.