Sinusite chronique

Sinusite chronique : quand la chirurgie endoscopique est-elle nécessaire ?

Qu’est-ce que la sinusite chronique ?

La sinusite chronique est une inflammation chronique caractérisée par le manque d’évacuation du mucus présent dans les sinus paranasaux (cavités situées sur les côtés, au-dessus et derrière le nez) en raison d’une obstruction qui provoque son accumulation et la formation d’agents bactériens.

Quelles sont les causes de la sinusite chronique ?

La sinusite peut être causée à la fois par des agents infectieux, tels que des bactéries, des champignons et des virus, et par des facteurs allergiques. La poussière, les chocs thermiques et les odeurs actives sont répertoriés comme des déclencheurs de la rhinopathie allergique.

L’exposition à certains agents chimiques et les altérations de l’anatomie nasale ou des sinus font partie de l’autre groupe responsable de la sinusite. Il existe encore des cas plus rares qui entraînent une sinusite, comme la présence d’une tumeur.

Parmi les principales causes de la sinusite chronique, nous trouvons :

  • Polypes nasaux
  • Déviations de la cloison nasale
  • Traumatismes faciaux
  • Allergies
  • Infections des voies respiratoires
  • Infections dentaires

Symptômes de la sinusite

Les signes et les symptômes de la sinusite chronique ne sont pas aussi semblables à ceux de la sinusite aiguë. Dans les cas de sinusite chronique, la toux est l’un des symptômes les plus fréquents et la fièvre est rarement présente. En effet, la sinusite aiguë est une infection temporaire des sinus qui est souvent associée à un rhume.

La rhinosinusite chronique, quant à elle, correspond à un processus inflammatoire de longue durée (plus de 12 semaines) et peut être classée en rhinosinusite chronique avec polypose et rhinosinusite chronique sans polypose. Pour diagnostiquer une rhinosinusite chronique, il faut présenter au moins deux des signes suivants :

  • Obstruction nasale ou écoulement nasal associé à au moins un des symptômes :
  • Pression ou douleur faciale
  • Réduction ou perte du sens de l’odorat
  • Associé à des changements tomographiques ou mis en évidence par vidéo nasofibroscopie.
  • Durée de vie supérieure à 12 semaines.
  • Les autres signes et symptômes peuvent être les suivants :
  • Douleur à l’oreille
  • Douleurs à la mâchoire supérieure et aux dents
  • Toux, qui peut s’aggraver la nuit
  • Mal de gorge
  • Mauvaise haleine (halitose)
  • Fatigue ou irritabilité
  • Nausées.

Comment s’effectue le diagnostic de la sinusite chronique ?

Endoscopie nasale

Un tube fin et flexible (endoscope) muni d’une lumière à fibre optique à son extrémité est inséré par le nez, permettant au médecin d’inspecter visuellement l’intérieur de vos cavités nasales.

Examens d’imagerie médicale

La tomodensitométrie peut montrer des détails de vos sinus et de votre région nasale. Ils peuvent identifier une inflammation profonde ou une obstruction physique qui est difficile à détecter à l’aide d’un endoscope. En outre, ces scanners évaluent l’anatomie des sinus et peuvent indiquer la nécessité d’une intervention chirurgicale. Les radiographies des sinus ne permettent pas une évaluation adéquate de la rhinosinusite. Les tomodensitogrammes ne sont demandés que dans des situations particulières, et non en routine.

Tests d’allergie

Si votre médecin soupçonne que votre maladie est causée par des allergies, un test d’allergie cutané peut être recommandé. Ces tests permettent d’identifier l’allergène responsable de votre sinusite.

Autres tests

Votre médecin peut également prescrire des analyses de sang pour détecter les maladies qui affectent l’immunité et des tests de chlorure de sueur pour détecter la fibrose kystique.

Différence entre rhinite et sinusite

La plupart des gens pensent qu’ils souffrent de sinusite et de rhinite. Bien qu’il existe certaines différences entre les deux, la rhinite peut déclencher une sinusite. D’une certaine manière, pour la majorité du public, la différence entre les deux est un peu confuse.

En termes simples, la rhinite ne s’attaque qu’au nez, tandis que la sinusite se propage aux sinus (cavités du visage qui stockent l’air et sont situées dans les pommettes, derrière les yeux et au centre du front). Les principaux symptômes de la rhinite sont l’écoulement nasal, les éternuements, les démangeaisons nasales et la congestion nasale. La sinusite, quant à elle, peut provoquer un écoulement nasal coloré, une congestion nasale, une toux et une pression sur le visage.

Quel est l’objectif de la chirurgie endoscopique dans le traitement de la sinusite ?

En présence d’une sinusite chronique, la chirurgie endoscopique fonctionnelle des sinus paranasaux permet de rétablir leur fonction naturelle en rétablissant le drainage des sécrétions nasales.

Il s’agit de la procédure chirurgicale la plus utilisée pour les maladies impliquant des infections chroniques des sinus paranasaux. Le but de la chirurgie est donc d’éliminer les obstructions qui empêchent le drainage des sinus, ce qui n’est possible que par l’ablation de fines membranes d’os et de muqueuse. Grâce à l’introduction d’un instrument appelé endoscope dans les fosses nasales, il est possible d’observer leur structure en détail.

Quelles sont les phases pré- et post-opératoires de l’intervention ?

Pendant la phase préparatoire de l’intervention chirurgicale, le patient doit suivre scrupuleusement un traitement pharmacologique prescrit par le chirurgien et, s’il est fumeur, il doit éliminer le tabac de sa vie quotidienne pendant au moins 20 jours avant l’opération car il pourrait favoriser la formation de cicatrices et rendre l’intervention chirurgicale inutile.

Après l’opération, le patient peut éprouver une sensation de fatigue pendant environ 2 semaines et ressentir une douleur dans la zone traitée, qui est toutefois contrôlée par des médicaments spécifiques.

En outre, il sera nécessaire d’effectuer des contrôles périodiques au cours desquels le chirurgien vérifiera, grâce à une endoscopie nasale, les étapes de la guérison.

Quand consulter un médecin ?

Si les symptômes persistent pendant plus de 5 jours, consultez un médecin. Le médecin ORL est formé non seulement pour évaluer et traiter la maladie, mais surtout pour identifier dans quels cas la résolution du problème doit être chirurgicale. Il est important de savoir que le fait de reporter le rendez-vous et d’essayer de s’automédicamenter peut rendre le traitement plus difficile et même déclencher de graves conséquences.