5 questions PMA et insemination artificielle

PMA et insémination artificielle : 5 réponses à vos questions

Quel est le déroulement d’une insémination artificielle, technique de PMA ?

L’insémination artificielle est une méthode de procréation assistée indiquée pour traiter l’infertilité. Cette technique consiste à introduire artificiellement des spermatozoïdes dans l’appareil reproducteur de la femme.

La technique d’insémination artificielle ne convient pas à tous les patients souffrant d’infertilité, en fonction de divers facteurs tels que l’âge, les anomalies du sperme ou les symptômes gynécologiques. Pour les personnes présentant ces troubles, la fécondation in vitro est recommandée.

L’insémination artificielle, en revanche, est indiquée dans les cas suivants : couples souffrant d’infertilité d’origine inconnue, troubles de l’ovulation chez la femme, anomalies du col de l’utérus, et personnes souffrant d’anomalies ou de déficiences du sperme résultant de troubles de la motilité.

Lorsqu’un couple décide de recourir à l’insémination artificielle, la première étape consiste à évaluer tous les facteurs du patient afin de déterminer la méthode de fertilité la plus adaptée.

Après avoir analysé l’utérus et les trompes de la femme, on examine également le potentiel et la mobilité des spermatozoïdes de l’homme.

À ce stade, le médecin déterminera s’il faut procéder à une insémination artificielle ou à une fécondation in vitro.

Le jour de départ sera ensuite établi au moyen d’un calendrier spécifique du cycle menstruel afin de concilier la stimulation ovarienne au moyen d’examens gynécologiques et d’échographies.

Pour réaliser une insémination artificielle, la préparation du sperme masculin implique une sélection de spermatozoïdes garantissant une bonne mobilité. À cette fin, des échantillons sont prélevés et traités avec des méthodes habilitantes, éliminant les spermatozoïdes morts ou pauvres et améliorant les caractéristiques de l’échantillon utile pour l’insémination.

À ce stade, après avoir stimulé le processus d’ovulation, on procède à l’insémination artificielle dans des cliniques spécifiques et des cliniques de procréation assistée. Un spéculum est d’abord inséré, puis une canule est introduite dans le col de l’utérus et l’échantillon de sperme est introduit dans l’utérus.

À la fin de l’intervention, la femme aura le temps de se reposer à la clinique et de reprendre ses activités quotidiennes normales. Elle sera ensuite informée du moment où elle devra faire un test de grossesse ou des médicaments à prendre.

Devis Gratuit

PMA par insémination artificielle avec donneur anonyme ou connu : quelle différence ?

Les techniques de PMA sont subdivisées en niveaux I, II et III en fonction de leur complexité et de la nécessité ou non d’une anesthésie. On les distingue également en fonction de l’origine des gamètes utilisés pour les techniques de fécondation : homologues s’ils proviennent des gamètes du couple, hétérologues s’ils proviennent de l’extérieur du couple (d’un donneur). Dans certains pays, les couples ayant des problèmes d’infertilité peuvent décider d’opter pour une fécondation homologue, dans laquelle les gamètes appartiennent au couple, ou pour une fécondation hétérologue, dans laquelle l’un ou les deux gamètes proviennent d’un donneur extérieur au couple. Cette technique est utilisée lorsque la fécondation homologue assistée ne peut être utilisée en raison de la stérilité permanente de l’un ou des deux partenaires.

En général, lorsque la fécondation hétérologue est autorisée, les patients doivent être des couples adultes, de sexe différent, mariés ou en concubinage, en âge potentiellement fertile, tous deux vivants. En outre, il convient d’agir selon le principe des techniques graduelles. C’est-à-dire que lorsque les examens cliniques montrent qu’un couple souffre d’une infertilité non absolue ou idiopathique, et que l’âge du partenaire féminin le permet, les deux partenaires subissent une fécondation assistée homologue. Si aucun bénéfice n’est obtenu de cette dernière, l’option du don de gamètes est envisagée. Ces conditions peuvent varier d’un pays à un autre.

Les techniques utilisées par la fécondation hétérologue sont les mêmes que celles utilisées par la procédure homologue.

Les femmes peuvent bénéficier des techniques de fécondation hétérologue :

  • avec hypogonadisme hypergonadotrope, c’est-à-dire avec des problèmes hormonaux qui empêchent la conception naturelle et qui ne répondent pas à la stimulation hormonale préparatoire à un cycle de fécondation assistée.
  • en âge de procréer avancé ;
  • avec une réserve ovarienne réduite après un échec de fécondation homologue ;
  • souffrant ou porteurs d’une anomalie génétique importante ou ayant des antécédents familiaux d’une affection pour laquelle le statut de porteur ne peut être déterminé ;
  • avec des ovocytes et/ou des embryons de mauvaise qualité ou des tentatives répétées de conception échouées au moyen de techniques de PMA ;
  • avec un facteur d’infertilité iatrogène (dommages causés par un diagnostic clinique ou un traitement thérapeutique).

Le recours au don de sperme est autorisé si le partenaire masculin

  • présente une infertilité masculine grave avérée (azoospermie, oligoasthénozoospermie grave ou échec de la fécondation après injection intracytoplasmique de spermatozoïdes – ICSI)
  • a un dysfonctionnement éjaculatoire incurable ;
  • est porteur d’une anomalie génétique importante ou a des antécédents familiaux d’une affection pour laquelle le statut de porteur ne peut être déterminé ;
  • a une infection sexuellement transmissible qui ne peut être éliminée.

L’insemination artificielle taux de réussite du traitement que ce soit homologue ou hétérologue dépend de nombreux facteurs tels que l’âge de la femme, la durée de l’infertilité du couple, le type d’infertilité et le traitement choisi.

Combien coûte cette technique de PMA qu’est l’insémination artificielle ?

Les tarifs de l’insémination artificielle peuvent varier considérablement selon les cas. Par exemple, la fécondation hétérologue avec sperme de donneur avec insémination intra-utérine coûtera au patient moins cher que l’insémination avec « sperme de donneur in vitro, qui reste toujours moins cher que dans les cas où le couple a recours à des ovocytes de donneur

Peut-on faire une insémination artificielle quand on est célibataire ?

Généralement l’insémination artificielle est autorisée uniquement aux couples. Cependant il existe quelques pays ou cette règle n’est pas pas une obligation

FIV / insémination artificielle : quelle différence entre ces techniques de PMA ?

La fécondation in vitro est plus complexe puisqu’elle nécessite le prélèvement d’ovules et la fécondation en laboratoire pour transférer les embryons obtenus dans l’utérus. Dans l’insémination artificielle, en revanche, on ne procède pas à la récupération des ovules. Chacune de ces techniques a des indications spécifiques, du coup, lorsqu’on se demande par exemple pourquoi une insémination artificielle ne marche pas, il ne faut pas prétendre changer de technique de pma car probablement l’insémination artificielle reste tout de même la technique la mieux adaptée à vos besoins. Demandez à votre médecin des conseils pour réussir insémination artificielle.