chirurgie orthopédique

Les interventions en chirurgie orthopédique

Arthroplastie de la hanche

L’arthroplastie de la hanche est une procédure chirurgicale qui consiste à remplacer la hanche malade par un mécanisme prothétique capable d’assurer un potentiel fonctionnel similaire à celui d’une hanche normale, garantissant ainsi une qualité de vie optimale au patient. L’articulation de la hanche est anatomiquement constituée d’une cavité cotyloïde appartenant au bassin et à la tête du fémur. L’arthroplastie de la hanche peut consister à remplacer uniquement la tête fémorale ou à remplacer à la fois la tête fémorale et la cavité acétabulaire. Dans ce cas, on peut techniquement parler d’une procédure connue dans le domaine de la chirurgie prothétique sous le nom d’arthroplastie totale de la hanche.

La prothèse de hanche est indiquée lorsque la dégénérescence de l’articulation provoque des symptômes douloureux tels que le degré d’autonomie du patient, c’est-à-dire sa capacité à rester debout et à marcher pendant de longues périodes, est considérablement réduite. Ce n’est pas une mauvaise radiographie de la hanche qui doit conduire à une intervention chirurgicale, mais les fréquentes plaintes douloureuses et fonctionnelles que cette dégradation de la hanche provoque malheureusement chez le patient.

Arthroplastie du genou

L’objectif de l’arthroplastie du genou est de soulager la douleur du patient et de lui rendre sa mobilité, lui permettant ainsi de profiter à nouveau de la vie.

Comme pour la hanche, l’arthrose ne se guérit pas. Une fois que le cartilage articulaire a été affecté par l’usure, il n’y a aucune chance qu’il soit réparé.

Cependant, d’un point de vue médical, il est possible d’essayer d’arrêter la progression de la maladie ou du moins de la ralentir. Il est surtout possible de réduire considérablement les symptômes afin que le patient puisse reprendre ses activités quotidiennes sans ressentir de douleur. Le traitement conservateur commence par le patient et son mode de vie : la perte de poids est importante pour éviter une fatigue excessive et une tension sur l’articulation malade. À un stade précoce de la maladie, les anti-inflammatoires et les injections locales d’anti-inflammatoires et d’acide hyaluronique sont utiles, mais par la suite, si l’arthrose s’aggrave, la qualité de vie se dégrade progressivement et il devient indispensable de recourir à la chirurgie avec une prothèse genou.

Devis Gratuit

Fracture de la hanche

En orthopédie, une fracture de la hanche est la conséquence la plus grave d’une chute chez les personnes âgées souffrant d’ostéoporose. Une fois la fracture de la hanche diagnostiquée, l’état de santé général et l’état médical du patient seront évalués. Dans de très rares cas, le patient peut être si malade que la chirurgie n’est pas conseillée. Dans ces cas, le confort général et le niveau de douleur du patient doivent être mis en balance avec les risques de l’anesthésie et de la chirurgie.

La plupart des chirurgiens experts en orthopédie et en traumatologie s’accordent à dire que la chirurgie est la meilleure solution pour ces patients et qu’elle doit être pratiquée assez rapidement, généralement dans les 48 heures. Cependant, il est tout aussi important d’optimiser leur état de santé général avant l’intervention chirurgicale afin de garantir la sécurité du patient et de réduire les risques de l’opération.

La chirurgie réduit la douleur, permet une mobilisation et une déambulation précoces, et réduit le risque d’escarres, de thromboses et d’embolies pulmonaires dues à l’immobilisation au lit.

En revanche, les patients susceptibles d’être candidats à un traitement non chirurgical sont ceux qui sont trop malades pour subir une quelconque anesthésie ou ceux qui étaient incapables de marcher avant même leur fracture.

le pied bot

Le pied bot est une affection dans laquelle le pied est tourné vers l’intérieur. Elle est présente à la naissance et, s’ils sont traités, la plupart des enfants peuvent marcher, porter des chaussures, jouer et faire du sport sans douleur. La plupart des cas de pied bot.

Le pilier du traitement du pied bot est le plâtre avec la méthode Ponseti, qui consiste en une série de plâtres qui placent le plâtre autour du pied dans une position neutre. Chaque semaine, le pied de l’enfant est manipulé en douceur pour l’étirer et le plâtrer des orteils à l’aine. Chaque semaine, la position du pied s’améliore. Ce processus prend généralement 6 à 8 semaines. À la fin de cette période, une petite intervention d’allongement du tendon d’Achille est nécessaire et un plâtre est placé.

Dans certains cas graves, la chirurgie peut corriger la position du pied. Des broches métalliques peuvent être utilisées pour maintenir les os dans leur nouvelle position après l’opération, et le pied peut être maintenu dans un plâtre.

chirurgie au pied et de la cheville

La chirurgie du pied et de la cheville est l’une des spécialités les plus difficiles de l’orthopédie en raison de la complexité des districts à opérer et des caractéristiques particulières de cette zone anatomique. L’approche devient donc biomécanique, c’est-à-dire qu’elle prend en compte l’application des lois de la mécanique et de la physique à cette extraordinaire machine qui nous permet de marcher. En chirurgie du pied et de la cheville les maladies suivantes sont traitées :

  • hallux valgus
  • métatarsalgie
  • bursite
  • entorses
  • lésions ligamentaires
  • les traumatismes typiques du patient sportif qui surcharge considérablement la cheville.

chirurgie du rachis

La chirurgie de la colonne vertébrale a connu un développement extraordinaire ces dernières années. Les progrès de la technologie des implants et des instruments, la chirurgie mini-invasive et assistée par ordinateur sont les pierres angulaires de cette évolution. Les possibilités de traitement des hernies discales, des fractures vertébrales, des scolioses, les cyphoses, des spondylolisthésis, des discopathies multiples et des sténoses du canal vertébral se sont multipliées.

chirugie de l’épaule

Les pathologies les plus couramment traitées en chirurgie de l’épaule sont les lésions des tendons de la coiffe des rotateurs, les syndromes de conflit sous-acromial, les instabilités de l’épaule et l’ablation de corps articulaires mobiles.

L’approche arthroscopique et mini-invasive de la chirurgie permet de mieux respecter et épargner les tissus, ce qui se traduit par des temps de récupération plus courts pour le patient.

Il existe également une large gamme d’interventions en chirurgie traumatologique dédiées aux pathologies traumatiques telles que les fractures de la tête et du tiers proximal de l’humérus, de l’acromion et de l’omoplate, les luxations de la clavicule, de l’acromion-clavicule et du sternum-clavicule, les consolidations de fractures manquées qui sont traitées avec les techniques d’ostéosynthèse les plus avancées.

chirurgie de la main et du poignet

La chirurgie de la main et du poignet nécessite une formation multidisciplinaire en orthopédie et traumatologie, chirurgie plastique, microchirurgie reconstructive, en plus de la formation de base en chirurgie générale et selon le cas avec la collaboration du médecin du sport. Aujourd’hui, la chirurgie de la main est capable de résoudre ou du moins d’améliorer toute pathologie affectant la zone spécifique et de restaurer la fonction de préhension de la main blessée du patient. Le chirurgien de la main, après avoir écarté tout type de traitement alternatif, aura recours à l’intervention chirurgicale jugée nécessaire pour la guérison du patient. L’une des chirurgies les plus pratiquées en chirurgie de la main et du poignet c’est la chirurgie du canal carpien.

Procédures orthopédique

Les procédures les plus couramment utilisées par les chirurgiens orthopédistes sont les suivantes :

  • Arthroscopie : technique de chirurgie mini-invasive qui permet d’intervenir sur des articulations endommagées sans avoir à pratiquer les grandes incisions pratiquées lors d’opérations à ciel ouvert. Dans certains cas, l’arthroscopie est également utilisée pour vérifier la présence suspectée d’un trouble articulaire. Elle est pratiquée principalement sur le genou, l’épaule et la cheville.
  • Chirurgie prothétique : remplacement prothétique des articulations de la hanche et du genou.
  • Chirurgie percutanée mini-invasive (pour les opérations concernant le pied).