La-gastroscopie -est-elle-douloureuse

La gastroscopie est-elle douloureuse?

Qu’est-ce que la gastroscopie ?

La gastroscopie est un examen diagnostique qui permet d’analyser l’estomac, l’œsophage et le duodénum du patient qui subit cet examen. L’exploration de ces parties se fait par l’insertion par voie orale ou nasale d’une sonde flexible au bout de laquelle est positionnée une caméra qui permet au spécialiste d’observer par des images très claires l’organe en question.

Comme vous pouvez donc l’imaginer, la gastroscopie n’est pas en soi un examen douloureux, mais elle peut être indéniablement gênante.

Quand faire une gastroscopie ?

Une gastroscopie est effectuée si le patient présente certains symptômes avec persistance.

Douleurs, brûlures d’estomac, nausées, difficultés à avaler, sont autant de symptômes importants qui doivent être examinés par une gastroscopie.

La gastroscopie est utile pour rechercher des maladies telles que : gastrite, reflux gastro-oesophagien, ulcères, tumeurs et duodénite.

L’examen permet également de prélever un échantillon de tissu (biopsie) pour rechercher d’éventuelles infections et vérifier le fonctionnement de l’intestin.

Grâce à la gastroscopie, il est possible d’observer des tissus présentant un aspect anormal, révélant une maladie cœliaque ou des tumeurs. Dans ce cas, une biopsie est indispensable.

La gastroscopie peut également être utilisée pour réaliser certaines thérapies locales telles que l’étirement d’une zone présentant un rétrécissement, l’ablation de formes tumorales bénignes (polypes) ou, enfin, le traitement des hémorragies du tube digestif.

Comment se préparer pour une gastroscopie ?

Afin d’être convenablement prêt pour effectuer une gastroscopie en toute sécurité, votre estomac doit être vide. Vous devez donc vous abstenir de boire et de manger au moins huit heures avant l’examen. Informez votre médecin si vous prenez des médicaments spécifiques avant l’examen. Vous devrez peut-être revoir leurs doses.

Il est également important que votre médecin soit au courant de toute maladie spécifique (maladie cardiaque, maladie pulmonaire), de toute condition particulière ou de toute allergie dont vous souffrez.

Douleur durant la gastroscopie

Gastroscopie : durée, sédation et anesthésie

Beaucoup de patients se demandent, avec la question de la douleur durant cet examen, combien de temps dure une gastroscopie. En réalité, l’examen lui-même est rapide, pas plus de 15-20 minutes (en tout), et se déroule sous légère anesthésie. Le patient est aspergé d’un spray calmant dans les premières voies respiratoires, pour réduire les effets de « corps étranger » que la sonde endoscopique peut provoquer en provoquant des vomissements. Une légère sédation est également administrée par voie intraveineuse, afin que les muscles abdominaux restent détendus.

La gastroscopie provoque-t-elle des douleurs ?

L’examen n’est pas douloureux mais, étant invasif, il peut être particulièrement gênant. Le tube qui va descendre dans l’œsophage peut en effet provoquer des réactions involontaires et des crises de vomissement chez le patient, rendant, de fait, impossible la réalisation de l’examen. Bien sûr, les petits gags sont physiologiques, mais ils ne créent pas de problèmes particuliers et n’affectent pas la réussite de l’examen. De plus, avec la respiration nasale profonde, vous pouvez garder le contrôle même sur ces réactions. La principale gêne que vous pouvez ressentir durant une gastroscopie ne se situe pas au niveau de l’estomac, mais plutôt au niveau de la gorge. Cependant, une fois que le tube est descendu au-delà de l’œsophage, vous ne sentirez plus rien. L’examen, réalisé alors que le patient est allongé sur un côté (le gauche), n’interfère pas avec la respiration et dure en moyenne entre 5 et 10 minutes, mais peut aller jusqu’à 15-20 minutes. L’inconfort causé par la gastroscopie peut être atténué par l’administration d’un spray anesthésique local. Bien sûr, vous pouvez demander à ce que la gastroscopie soit effectuée sans aucune sédation, mais ce n’est pas conseillé.

Le cas de la gastroscopie transnasale

Une gastroscopie est nécessaire lorsque vous souffrez de maladies gastriques récurrentes, lorsqu’il y a une suspicion de gastrite et que vous devez enquêter sur sa nature, de reflux, d’ulcère et d’autres affections. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un examen agréable, il n’est pas non plus très douloureux, il dure très peu, et surtout il permet d’établir immédiatement un diagnostic précis des conditions de votre système digestif. Une alternative à la gastroscopie classique est la gastroscopie transnasale, ou gastroscopie non invasive.

En ce qui concerne la gastroscopie transnasale, cette procédure est réalisée après un jeûne d’environ 5 heures. Pour réaliser cet examen, on procédera à une exploration endoscopique d’environ 3 minutes, pendant laquelle le patient peut parler au médecin et respirer tranquillement par la bouche. Cette procédure ne nécessite pas de sédation, et le patient peut reprendre ses activités normales immédiatement après l’examen.

Le cas des biopsies

Une biopsie est un examen médical qui consiste à prélever des tissus pour les examiner ensuite au microscope. Cet échantillonnage est utile pour surveiller l’évolution d’une affection déjà connue, ainsi que pour diagnostiquer d’éventuelles maladies.

La biopsie peut être gênante au point de provoquer de petites crampes ou des pincements de la zone examinée. Ces légers désagréments peuvent également survenir 1/2 jours après l’examen, mais ils disparaissent d’eux-mêmes sans qu’il soit nécessaire de prendre des médicaments. Il est conseillé au patient de ne pas manger de nourriture chaude immédiatement après la gastroscopie avec biopsie. Il est au contraire préférable de manger une glace ou un autre aliment frais qui soulage l’inconfort du pincement de l’examen biopsique.

Que faire après l’examen de gastroscopie ?

Après l’examen de gastroscopie, le patient sera autorisé à manger quelque chose, sauf recommandation contraire du médecin, mais il devra rester sous surveillance jusqu’à ce que les effets du sédatif aient complètement disparu.

Il est important que le patient ne conduise pas avant le lendemain de sa gastroscopie et qu’il ne prenne pas de décisions importantes pendant cette période, car les effets du sédatif peuvent affecter les capacités cognitives. Même les réflexes, dans cette fenêtre temporelle, pourraient être ralentis à cause du médicament de sédation qui à été administré durant la gastroscopie.