La fibrillation auriculaire paroxystique, comment la traiter?

Qu’est-ce que la fibrillation auriculaire ?

La fibrillation auriculaire se produit lorsque le rythme cardiaque devient irrégulier et souvent accéléré. Cela peut provoquer des symptômes tels que des palpitations cardiaques, de la fatigue et un essoufflement. Le traitement de la fibrillation auriculaire est important car elle peut entraîner une attaque ou une insuffisance cardiaque et avoir un impact négatif sur la qualité de vie. Les personnes atteintes de fibrillation auriculaire ont cinq à sept fois plus de risques d’avoir des caillots sanguins et de subir un accident vasculaire cérébral, et deux à trois fois plus de risques de développer une fibrillation auriculaire paroxystique. Heureusement, la fibrillation auriculaire paroxystique peut être traitée pharmacologiquement, par cardioversion (un choc électrique spécial), par ablation transcathéter ou par ablation chirurgicale.

Types de fibrillation auriculaire et symptômes courants

Types de fibrillation auriculaire

La fibrillation auriculaire peut être de différents types :

  • Paroxystique (occasionnelle). La fibrillation auriculaire paroxystique dure de quelques minutes à plusieurs jours, mais se résout spontanément.
  • La fibrillation auriculaire est dite persistante lorsqu’elle ne disparaît pas spontanément mais est résolue par l’administration d’un traitement médicamenteux ou d’un choc électrique spécial (cardioversion) pour rétablir un rythme cardiaque normal.
  • Permanente ou chronique. Dans ce cas, la fibrillation auriculaire est présente en permanence et ne disparaît pas avec un traitement médicamenteux ou une cardioversion.

Les symptômes de la fibrillation auriculaire

Dans certains cas, la fibrillation auriculaire implique l’apparition des symptômes suivants :

  • Sensation de fatigue générale, de faiblesse ;
  • Tachycardie, cœur battant trop vite ou de façon étrange, palpitations ;
  • Sensation d’avoir le cœur dans la gorge ;
  • Sensation que le cœur « sort de la poitrine » ;
  • Des étourdissements ;
  • Sensation d’oppression au milieu de la poitrine, angoisse ;
  • Essoufflement, faim d’air, dyspnée ;
  • Épisodes de syncope (évanouissement soudain) ;
  • Fatigue excessive lors d’une activité physique, ou plus généralement en cas de stress ;
  • Transpiration excessive ;
  • Douleur thoracique.

Causes et facteurs de risque de la fibrillation auriculaire

La fibrillation auriculaire est la conséquence d’un dysfonctionnement du nœud sinusal, qui peut être provoqué par diverses causes, qu’elles soient liées à l’âge et au mode de vie, ou à une faiblesse cardiaque congénitale, par exemple un élargissement progressif de l’oreillette pour des raisons inconnues. Le défaut peut également provenir d’une des veines cardiaques, par exemple des grandes veines pulmonaires. Il existe également des facteurs de risque qui augmentent la probabilité que notre rythme sinusal devient irrégulier de façon persistante et permanente, comme dans le cas de la fibrillation auriculaire chronique :

  • Souffrir d’autres maladies cardiaques telles qu’une cardiomyopathie ou une cardiopathie congénitale.
  • Avoir souffert de crises cardiaques.
  • souffrant d’hypertension artérielle.
  • Souffrir d’une maladie de la thyroïde (en particulier l’hyperthyroïdie).
  • Souffrir d’une maladie pulmonaire.
  • Avoir eu des maladies virales infectieuses.
  • Être très stressé (causes psychologiques de la fibrillation auriculaire).
  • Être en surpoids ou obèse.
  • Souffrir de diabète.
  • Souffrir d’apnée obstructive du sommeil .
  • Le fait de fumer, de consommer régulièrement des drogues, d’abuser de l’alcool et de la caféine, ou de prendre certains médicaments, notamment des antihistaminiques et des décongestionnants nasaux.

En outre, les hommes de plus de 60 ans, les femmes après la ménopause et tous ceux dont les familles comptent des personnes présentant ce type d’anomalie du rythme cardiaque sont plus exposés aux arythmies, notamment à la fibrillation auriculaire, car en matière de troubles cardiovasculaires, la composante génétique/héréditaire a un poids spécifique déterminant dans leur apparition. C’est pourquoi les jeunes et même les enfants atteints de maladies ou de malformations cardiaques, en particulier les cardiomyopathies, les maladies valvulaires, le syndrome de Wolff-Parkinson-White (WPW), une pathologie congénitale qui touche principalement les jeunes et se manifeste par une tachycardie supraventriculaire paroxystique, ne sont pas à l’abri de la fibrillation auriculaire. Dans ce dernier cas, un chevauchement de fibrillation auriculaire peut devenir beaucoup plus dangereux chez les jeunes et dégénérer en fibrillation ventriculaire avec des résultats dramatiques.

Diagnostic de la fibrillation auriculaire

Comment arrive-t-on au diagnostic de la fibrillation auriculaire ? Le premier test à effectuer, et le plus simple, est l’ECG, ou électrocardiogramme, qui mesure l’activité électrique du cœur. L’ECG peut devenir un outil de diagnostic encore plus précis s’il est réalisé en situation de stress, avec une mesure du rythme sinusal pendant que l’on marche sur un tapis roulant ou que l’on pédale sur un vélo d’appartement. Il existe un autre type d’ECG, appelé Holter ECG dynamique, qui est réalisé en attachant un électrocardiographe portable (poignet ou bras) au sujet à tester, porté pendant 24-72 heures tout en effectuant des activités quotidiennes normales. À la fin du test, les variations de la fréquence cardiaque au repos et à l’effort, enregistrées dans la mémoire de l’appareil, sont examinées par le cardiologue.

Devis Gratuit

Thérapies et traitements de la fibrillation auriculaire

Traitement anticoagulant

Pour les patients à haut risque souffrant de fibrillation auriculaire, il est approprié d’entreprendre un traitement anticoagulant oral afin de minimiser le risque de complications thrombo-emboliques telles que l’accident vasculaire cérébral.

Alors qu’auparavant ce traitement nécessitait plusieurs visites par mois dans des centres qui dosaient ces médicaments chaque semaine, cela n’est plus nécessaire pour le groupe de patients éligibles avec les nouveaux anticoagulants oraux.

Traitement par des médicaments anti-arythmiques

Pour les autres patients qui ne présentent pas un tableau aussi grave, explique le médecin, il convient d’entreprendre un traitement pharmacologique spécifique avec des médicaments antiarythmiques, qui varient d’un patient à l’autre.

Intervention pour la fibrillation atriale : procédure mini-invasive

L’ablation transcathéter de la fibrillation auriculaire est une intervention percutanée peu invasive qui est envisagée lorsque l’arythmie a tendance à se reproduire fréquemment.

Cette procédure non chirurgicale consiste à introduire un cathéter dans le système veineux, qui remonte jusqu’au cœur. Ce cathéter est utilisé pour effectuer des brûlures dans des régions spécifiques de l’oreillette gauche, ce qui peut résoudre définitivement l’arythmie.

En conclusion

La fibrillation auriculaire paroxystique est généralement une arythmie très résistante au traitement car elle a tendance à devenir chronique. Les traitements qui peuvent être adoptés sont : le traitement par des médicaments anticoagulants, le traitement par des médicaments antiarythmiques, l’ablation transcathéter de la fibrillation auriculaire par voie mini-invasive.