La chirurgie mini invasive dans le cancer du pancréas

La chirurgie mini invasive dans le cancer du pancréas

Pancréas et cancer du pancréas

Le pancréas est un organe glandulaire allongé, d’environ 18 à 20 cm de long, situé au fond de l’abdomen, entre l’estomac et la colonne vertébrale.

Il est divisé en trois parties : la plus grande est appelée la tête et est en contact étroit avec le duodénum, la partie médiane est appelée le corps, et la partie la plus fine, qui s’étend jusqu’à la rate, est appelée la queue.

Le pancréas produit un certain nombre d’hormones très importantes, dont l’insuline et le glucagon (qui régulent la glycémie) et diverses enzymes (par exemple la trypsine), qui sont transportées par les canaux pancréatiques dans l’intestin et contribuent à la digestion et à l’absorption des nutriments.

Le cancer du pancréas survient lorsque les cellules, dans la plupart des cas des cellules de type canalaire, se multiplient de manière incontrôlée.

Les causes du cancer du pancréas

À l’origine du cancer du pancréas tel que l’adénocarcinome, il existe diverses conditions, mais le mécanisme qui favorise son développement n’est pas clair. Les principaux facteurs de risque connus sont le tabagisme, l’obésité et le diabète de type 2. Il n’existe actuellement aucun système de détection précoce et de dépistage, comme il en existe pour d’autres types de cancer, tels que la mammographie pour le cancer du sein et la coloscopie pour le cancer colorectal. Le cancer du pancréas peut être héréditaire, en particulier si au moins deux parents au premier degré sont touchés. Vingt pour cent des cancers du pancréas familiaux sont causés par des mutations génétiques.

Signes et symptômes du cancer du pancréas

Souvent, les signes qui peuvent faire suspecter la présence d’une tumeur pancréatique sont confondus avec les symptômes de problèmes de foie ou d’estomac en raison de la compression de la masse tumorale sur ces organes et leurs structures.

Les premiers symptômes du cancer du pancréas, difficiles à relier à la maladie, sont les suivants :

  • Jaunisse (la peau et les yeux deviennent jaunâtres) due à un problème de foie dû à la tumeur pancréatique qui altère la fonction biliaire ;
  • Apparition soudaine du diabète : il peut s’agir d’un symptôme précoce, surtout lorsqu’il apparaît en l’absence d’antécédents familiaux ;
  • Dépression. Peu après son apparition, pour des raisons inconnues, le cancer du pancréas induirait une baisse de l’humeur, classable en dépression, qui précède le diagnostic.

Les signes les plus récurrents sont :

  • Démangeaisons généralisées.
  • Douleur dans le haut du dos, en raison de l’emplacement du pancréas près de la colonne vertébrale.
  • Douleurs d’estomac.
  • Nausées, manque d’appétit, mauvaise digestion.
  • Perte de poids soudaine sans explication.
  • Urine foncée.
  • Selles de couleur claire.

Devis Gratuit

Traitement du cancer du pancréas

Les approches traditionnelles

Dans les tumeurs opérables du pancréas, la chirurgie est indiquée suivie, si nécessaire, d’une chimiothérapie adjuvante. Dans le cas d’une maladie localement avancée, la chimiothérapie peut être suivie d’une chirurgie pour les cas atteignant l’opérabilité, voire d’une chimio-radiothérapie.

Il existe trois options d’approches chirurgicales :

  • La duodéno-céphalo-pancréatectomie. Un nom très long pour désigner l’ablation de la tête du pancréas et d’une partie de l’intestin grêle, dans laquelle est également incluse une partie des tissus sains qui l’entourent.
  • Pancréatectomie totale. Plusieurs parties de votre corps sont enlevées, notamment le pancréas entier, une partie de l’intestin grêle et de l’estomac, le canal cholédoque, la vésicule biliaire, la rate et plusieurs ganglions lymphatiques situés dans cette région.
  • La pancréatectomie distale. Lorsque seuls le duodénum et la queue du pancréas sont enlevés.

Un pontage biliaire est également effectué lorsque la masse obstrue les canaux et ne permet pas le passage de la bile du foie vers l’intestin grêle.

Chirurgie mini invasive dans le traitement du cancer du pancréas

La thérapie chirurgicale offre de meilleures chances de survie, mais elle est malheureusement réalisable dans moins de 20 % des cas, car le diagnostic est généralement posé à un stade avancé de la maladie. De plus, il s’agit d’une chirurgie qui présente un haut niveau de complexité, ce qui a des conséquences importantes sur la durée d’hospitalisation et sur la récupération fonctionnelle du patient. Au cours des dix dernières années, les efforts se sont concentrés sur l’amélioration du processus de diagnostic de la maladie et la réduction de l’impact chirurgical chez les patients opérables. En particulier, l’intérêt pour l’approche laparoscopique, c’est-à-dire mini-invasive, a considérablement augmenté et la nécessité de l’étendre de plus en plus dans la pratique clinique a été affirmée. Les experts internationaux confirment que lorsque la tumeur se trouve dans le corps et la queue du pancréas, la technique mini-invasive donne de meilleurs résultats que l’approche traditionnelle en champ libre.

Pourquoi le diagnostic du cancer du pancréas est-il difficile à établir ?

Le cancer du pancréas est presque toujours découvert par hasard, lors de tests de diagnostic pour d’autres maladies. Malheureusement, au moment où les symptômes apparaissent, le cancer s’est propagé à d’autres organes, car certains types de cancer du pancréas atteignent les vaisseaux qui irradient vers le foie, produisant des métastases étendues. Cela pourrait expliquer pourquoi, en moyenne, seule une personne sur dix atteinte d’un cancer du pancréas présente un cancer localisé et non encore propagé. Cela explique pourquoi l’ablation chirurgicale de la tumeur peut souvent ne pas suffire, voire être inutile, s’il existe déjà des métastases.

Chez les personnes chez qui le cancer du pancréas est détecté à un stade précoce, la probabilité de survie est six fois plus élevée. Cela explique pourquoi la recherche de substances (marqueurs) permettant de détecter un cancer à un stade précoce est particulièrement importante pour ces cancers du pancréas.

Il est difficile de recommander une prévention efficace, car toutes les causes du cancer du pancréas ne sont pas connues. Il est sans aucun doute important de ne pas fumer et de suivre un régime alimentaire riche en fruits et légumes et pauvre en alcool.