insemination artificielle comment se passe

Insémination artificielle: Comment ça se passe?

L’age ideale de l’insémination artificielle

L’insémination artificielle est une technique de PMA de complexité réduite. Elle consiste à introduire dans l’utérus de la femme un échantillon du sperme de son partenaire, préalablement capacité en laboratoire pour augmenter les chances de fécondation intra-utérine et accroître les chances de grossesse.
La technique de l’insémination artificielle ne convient pas à tous les patients souffrant d’infertilité. Une évaluation préalable est faite en fonction de divers facteurs tels que l’âge, les anomalies du sperme ou les symptômes gynécologiques.

 

Biologiquement, il n’existe pas de « paramètre standard » applicable à tous. Chaque affection est subjective et, pour cette raison même, unique et différente d’une autre qui peut sembler similaire. En général, cependant, dans le cas des femmes, 50 ans est considéré comme un age limite insemination artificielle. Au-delà de cette limite, des risques pour la future mère et l’enfant peuvent survenir, qu’il ne faut pas sous-estimer.
L’insémination artificielle, est indiquée dans les cas suivants : couples souffrant d’infertilité d’origine inconnue, troubles de l’ovulation chez la femme, anomalies du col de l’utérus et personnes souffrant d’altérations ou de déficiences du sperme dues à des troubles de la motilité.

 

Examens

Avant l’insémination artificielle, il y a des examens à prévoir. Ces examens sont différents chez l’homme et chez la femme, mais ils sont tous obligatoires chez les deux sexes.

 

Ainsi, du côté de la femme nous avons les examens préliminaires suivants :

  • Tests hormonaux : beaucoup d’entre eux doivent être effectués à des jours particuliers du cycle. Il est préférable de se renseigner au préalable afin de ne pas les effectuer inutilement. Parmi ceux-ci, les plus demandés sont : l’œstradiol, la LH, la FSH (ces trois éléments doivent être réalisés entre le 2e et le 5e jour du cycle), la Prolactine, la TSH. D’autres moins fréquents sont AMH (hormone antimüllérienne), Hormone thyroïdienne T4, Testostérone, Androstènedione, DHEA-s (les trois dernières sont généralement demandées lorsque le cycle est très irrégulier) ;
  • Dépistage infectieux : selon le centre, ces examens peuvent être valables de six mois à un an (VIH, hépatite B, hépatite C, syphilis (TPHA ou RPR), rubéole (si non vacciné), frottis, écouvillon vaginal (les deux derniers à répéter uniquement s’ils datent de plus d’un an) ;
  • Dépistage génétique : ces examens, qui ne sont pas suivis par tous les laboratoires d’analyse et sont assez coûteux, sont valables toute l’année et ne doivent pas être répétés si vous changez de centre. Parmi les principaux requis : Caryotype, mucoviscidose (un seul partenaire), facteur II, facteur V, bêta-thalassémie (un seul partenaire) ;
  • Échographie pelvienne : elle est toujours demandée entre le 2e et le 5e jour du cycle pour effectuer la numération folliculaire anthracite et écarter toute pathologie telle que fibrome, kyste ovarien ou autre. Si de telles pathologies sont découvertes, d’autres examens tels que l’hystéroscopie diagnostique, la laparoscopie et l’hystéroscopie opératoire peuvent également être nécessaires ;

Du côté des hommes, les examens préliminaires à effectuer avant l’insémination artificielle sont :

  • Spermogramme parfois combiné à la spermoculture : En cas d’azoospermie, des tests hormonaux peuvent être nécessaires (testostérone, FSH, LH, dépistage de la délétion du chromosome Y) ;
  • Dépistage des infections : selon le centre, ces tests peuvent être valables de six mois à un an (VIH, hépatite B, hépatite C, syphilis (TPHA ou RPR) ;
  • Dépistage génétique : caryotype, mucoviscidose (un seul partenaire), Bêta-thalassémie (un seul partenaire) ;

Dans l’insémination artificielle, le sperme masculin (spermatozoïde), déjà traité en laboratoire, est introduit dans l’utérus de la femme pour faciliter la rencontre avec l’ovule.
Avant de se lancer dans cette procédure, il est essentiel d’avoir bien suivi le cycle de la femme et donc la maturation du follicule. Si cela n’est pas possible, ou si la femme a des problèmes d’ovulation, il est possible de stimuler ce processus (qui permet à l’ovule de mûrir) en prenant des médicaments comme le clomifène ou d’autres molécules hormonales, qui sont administrés sur une période de 15 jours (la durée d’une ovulation normale).

 

L’injection insemination artificielle n’est pas douloureuse et est réalisée sans anesthésie. Il s’agit donc d’une procédure assez rapide qui ne comporte pas de grands risques pour la femme. Elle est réalisée en ambulatoire. Il est essentiel de se rendre dans des centres spécialisés qui comprennent le problème du couple et recommandent la meilleure technique. Pour ce faire, il est nécessaire de s’appuyer sur des spécialistes ayant des années d’expérience, qui font de la prise en charge des patients leur objectif premier et qui garantissent assistance et professionnalisme.
L’insémination artificielle permet donc réellement de surmonter certains des problèmes liés à l’infertilité.

 

DEVIS EXPRESS

Vous souhaitez avoir plus de renseignements

Devis Express
Quand prévoyez vous de voyager ?

 

Taux de réussite

Le taux de réussite de l’insémination artificielle est assez élevé : sur 100 couples qui choisissent l’insémination artificielle, 60 qui terminent les quatre cycles aboutissent à une grossesse. Les pourcentages varient considérablement en fonction des problèmes d’infertilité subis. Il s’agit d’une technique simple qui doit être associée à un suivi complet de la santé du couple, du cycle menstruel de la femme et de la « qualité du sperme » de l’homme.

Le miracle de la conception exige que l’ovule et le spermatozoïde se rencontrent, que l’embryon fécondé se développe correctement et qu’un environnement approprié soit créé dans l’utérus pour faciliter sa nidation.

 

Etant l’une des premières causes echec insemination artificielle un anomalie embryonnaire, il existe d’autres raisons pour lesquelles l’embryon ne parvient pas à se nicher, notamment :

  • Endomètre non réceptif ;
  • Des niveaux insuffisants d’hormones nécessaires pendant la période de nidification ;
  • Les transferts d’embryons difficiles qui augmentent la probabilité de contractions utérines avec la possibilité d’expulser l’embryon/les embryons ;
  • Utérus présentant des anomalies anatomiques ;
  • Des habitudes de vie malsaines qui ne contribuent pas à la nidification ou des raisons environnementales ;
  • Causes immunologiques ;

Malgré tout, il est parfois difficile de savoir exactement pourquoi, car il s’agit de processus complexes et inconnus, mais nous sommes certains que plus nous sommes en mesure de transférer d’embryons, plus les chances de grossesse sont grandes.
On peut donc dire que la majorité des patients qui suivent un traitement d’insémination artificielle parviennent à une grossesse. Les cliniques sont également équipées de systèmes innovants de reproduction assistée afin d’obtenir les résultats souhaités et de garantir une prise en charge maximale des besoins de tous les patients.

 

La décision de recourir à une technique spécifique de PMA telle que l’insemination artificiel est de toute façon prise sous la direction d’un médecin spécialisé dans ce domaine qui, en fonction des problèmes du couple, examinera toute la documentation, prescrira des tests et indiquera le type de procédure et la nécessité éventuelle d’un prélèvement chirurgical des spermatozoïdes.

 

Devis Gratuit

Adresse Résidence Yasmine du lac les berges du Lac - Tunis Nord

Téléphone (+216) 55.005.183

Email  contact@tunisiedestinationsante.com

Copyright © 2024 Tunisie Destination Santé