Gliome symptômes et traitement

Gliome: symptômes et traitement

Qu’est-ce qu’un gliome ?

Le terme générique de gliome désigne un groupe de maladies oncologiques neurologiques. Il s’agit de tumeurs cérébrales, souvent malignes, qui prennent naissance dans les cellules gliales, les cellules qui forment le système nerveux avec les neurones et les vaisseaux sanguins. Le rôle des cellules gliales est de nourrir et de soutenir les neurones, protégeant ainsi le tissu nerveux en cas de blessure due à des facteurs externes.

Les gliomes peuvent se développer dans n’importe quelle partie du système nerveux central, mais ceux qui se forment dans le cerveau sont beaucoup plus fréquents que ceux qui prennent naissance dans la moelle épinière. Il s’agit le plus souvent de néoplasmes malins dont le degré peut varier et qui ont généralement tendance à se propager dans le système nerveux central, mais très rarement en dehors du cerveau.

Quelles sont les causes et les facteurs de risque du gliome ?

Les causes spécifiques qui conduisent au développement des gliomes ne sont pas encore claires. Un certain nombre de facteurs de risque ont été identifiés, c’est-à-dire des conditions qui augmentent la probabilité de développer la tumeur.

Tout d’abord, le fait d’avoir un ou plusieurs gliomes dans la même famille augmente le risque de développer une tumeur gliomateuse, qui est estimé à deux fois plus élevé qu’en l’absence d’antécédents familiaux.

Un autre facteur de risque connu est l’exposition aux rayonnements ionisants, notamment en cas de radiothérapie effectuée pour traiter des tumeurs pendant l’enfance. Ces personnes ont un risque plus élevé que le reste de la population de développer un gliome, même des décennies après le premier traitement.

Enfin, certains syndromes héréditaires rares peuvent augmenter le risque de développer un gliome. Il s’agit des syndromes de Cowden, Turcot, Lynch, Li-Fraumeni et de la neurofibromatose de type I.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes des gliomes dépendent du type de tumeur et de sa localisation, et sont donc très variables. Cependant, certains signes et symptômes sont présents dans la majorité des cas, seuls ou en combinaison, au moment du diagnostic et persistent tout au long de la maladie.

Les symptômes les plus courants sont les crises d’épilepsie, qui peuvent toucher les membres mais aussi se propager dans tout le corps et entraîner, dans les cas graves, des évanouissements.
Les gliomes sont souvent associés à divers problèmes neurologiques, en fonction des zones du cerveau touchées par la tumeur. Il peut y avoir des déficits de la vision, de la parole et de la compréhension, de la fonction ou de la sensibilité de certaines parties du corps, de la coordination motrice et de la mémoire. En outre, des changements de comportement et de personnalité peuvent survenir.

Dans certains  types de gliomes, les symptômes liés à la pression exercée sur le crâne par la masse tumorale en croissance sont fréquents : maux de tête, nausées et vomissements, somnolence et troubles de la vision (généralement une vision double) peuvent apparaître dans cette situation.

En outre, les accidents thromboemboliques, c’est-à-dire la formation de thrombus (caillots de sang) dans les vaisseaux sanguins, sont également fréquents, souvent en raison de déficits moteurs liés à la tumeur ou au traitement.

Comment diagnostiquer le gliome

Le diagnostic du gliome commence par l’observation des symptômes, que le médecin examine ensuite plus en détail, notamment par des tests neurologiques spécifiques.

En cas de suspicion, le diagnostic est établi au moyen d’examens radiologiques, de tomodensitogrammes et surtout d’IRM du cerveau, tous deux réalisés avec des produits de contraste.

L’IRM du cerveau permet non seulement de détecter les gliomes, mais aussi de déterminer leur taille et de savoir s’ils peuvent être retirés en toute sécurité par une intervention chirurgicale.

Pour confirmer le diagnostic et étudier les caractéristiques de la tumeur, on procède à un examen histologique en prélevant un échantillon de la tumeur et en l’analysant en laboratoire, ce qui est également utile pour déterminer le meilleur traitement pour chaque cas spécifique.

Devis Gratuit

Traitement du gliome

Pour la plupart des gliomes, le traitement de premier choix, si possible, est l’ablation chirurgicale de la tumeur, qui est le traitement le plus efficace pour tous les types de gliome et qui offre les meilleurs résultats. Après la chirurgie, les traitements possibles sont la radiothérapie et/ou la chimiothérapie, en fonction du grade de la tumeur.

Dans certains types de gliomes, les patients qui présentent un risque élevé de récidive de la tumeur sont généralement aussi traités par radiothérapie. La chimiothérapie, en revanche, peut être utile chez les patients qui ne peuvent pas subir d’intervention chirurgicale ou chez qui la maladie récidive.

Les gliomes anaplasiques sont généralement traités par radiothérapie suivie d’une chimiothérapie.

Enfin, les glioblastomes, c’est-à-dire les gliomes les plus agressifs, sont traités par radiothérapie et chimiothérapie concomitantes chez les patients jugés aptes à la polythérapie en fonction de leur âge, de leur état et de certaines caractéristiques génétiques. D’autres patients peuvent être traités avec l’une ou l’autre thérapie, selon l’évaluation du médecin.

Peut-on survivre à un gliome ?

La survie dépend du type de gliome et surtout de son degré de malignité, mais aussi des thérapies reçues.

Pour les gliomes de bas grade, la survie après chirurgie est longue s’il n’y a pas de facteurs de risque particuliers et s’il n’y a pas de rechute, ce qui est assez rare.

Pour les gliomes de grade III, par exemple les astrocytomes anaplasiques, si la chirurgie permet une ablation complète et est suivie d’une chimio-radiothérapie, la survie moyenne est estimée à 30 mois.

Enfin, pour les glioblastomes, les tumeurs cérébrales malignes les plus agressives, les études indiquent une survie moyenne d’environ 15 mois, avec un pourcentage de patients survivants après traitement de 50% à 1 an, diminuant progressivement pour atteindre 10-15% à 5 ans.