FIV, ICSI, IMSI, IIU, Embryoscope, TEC

L’insémination intra-utérine

L’insémination intra-utérine ou IIU est une technique PMA qui consiste à insérer les spermatozoïdes directement dans la cavité utérine le jour de l’ovulation. Une fois avoir recueilli le sperme du partenaire, il est d’abord convenablement traité en laboratoire par une procédure appelée capacitation afin de sélectionner les spermatozoïdes les plus mobiles et résistants, qui sont ensuite insérés directement dans la cavité utérine à l’aide d’un petit tube en plastique et sans causer de douleur. Il est bon de rappeler que 3 à 5 jours d’abstinence sexuelle sont nécessaires et le prélèvement a lieu après que l’homme a uriné pour éviter toute contamination bactérienne Cette procédure permet de surmonter la barrière de la glaire cervicale, qui peut entraver le voyage des spermatozoïdes. L’IIU est indiquée lorsque les spermatozoïdes du partenaire ont une bonne mobilité et sont présents en grand nombre, ou avec une légère oligoasthénotératozoospermie, c’est-à-dire lorsqu’il existe de légères altérations de la concentration, de la mobilité et de la morphologie des spermatozoïdes qui peuvent être corrigées après une préparation appropriée de l’échantillon de sperme. L’IIU peut également être appliquée lorsque le couple a des difficultés sexuelles dues à l’impuissance ou au vaginisme, à l’éjaculation rétrograde ou dans les cas où l’infertilité est secondaire à l’impossibilité d’avoir des rapports sexuels complets.

La fécondation in-vitro

La fécondation in vitro est la principale technique de procréation médicalement assistée. Il s’agit d’un système qui a permis à de nombreux couples infertiles ou ayant des problèmes de fertilité de réaliser leur rêve de devenir parents.

Il est toutefois important de distinguer la FIVET (fécondation in vitro avec transfert d’embryon) de l’insémination artificielle IIU. Si cette dernière technique s’avère infructueuse, ou dans les cas où elle n’est pas réalisable, les couples désireux d’avoir un enfant doivent recourir à la fécondation in vitro.

Avec la FIV, la conception est créée artificiellement en dehors du corps de la femme, puis l’embryon (ou les embryons) qui s’est (se sont) formé(s) est (sont) placé(s) dans l’utérus. Les ovules de la femme et les spermatozoïdes de l’homme (gamètes mâles et femelles) sont ensuite prélevés et fécondés en laboratoire, dans une éprouvette.

La FIV conventionnelle

La mise en fécondation (Jour 0)

Après avoir extrait les gamètes mâles et femelles, la fécondation in vitro proprement dite peut être réalisée. Les meilleurs spermatozoïdes sont lavés et sélectionnés, ceux qui présentent la plus grande mobilité, et les ovules sont isolés. Chaque ovule est ensuite mis en culture avec le sperme sélectionné et conservé dans un incubateur à 37 degrés. Deux jours après le prélèvement des ovules de la femme, il est déjà possible de connaître le nombre exact d’embryons qui se sont formés. Lorsque la fécondation in vitro a été menée à bien, les embryons obtenus peuvent être placés dans l’utérus de la femme. Dans certains cas, pour une meilleure sélection des embryons eux-mêmes, la culture in vitro est prolongée de quatre jours supplémentaires.

À la fin de cette phase, un (maximum deux) des meilleurs embryons est choisi pour être transferés dans le corps de la femme. Une seringue pousse les embryons dans l’utérus à travers un tube fin : l’implantation est indolore et très rapide.

Le jour suivant la mise en fécondation (Jour 1)

Le jour après la mise en fécondation, environ 17-20 heures après, les ovocytes peuvent être observés sous un microscope inversé à 400x pour détecter si la fécondation a eu lieu ou non. Un ovocyte fécondé possède deux pronucléus, correspondant aux codes génétiques féminin et masculin.

Les spécialistes et le médecin peuvent observer si les ovocytes ont été fécondés correctement, non fécondés et fécondés anormalement.

Devis Gratuit

L’ICSI

ICSI (Intra Cytoplasmique Sperm Injection)

L’ICSI est une technique de laboratoire qui permet l’insertion d’un seul spermatozoïde dans l’ovocyte mature. Cette capacité est d’une importance capitale dans les cas où l’échantillon de sperme ne répond pas aux critères nécessaires à la FIV. En fait, la FIV et l’ICSI diffèrent dans la manière dont la fécondation est obtenue. La FIV est réalisée en inoculant un nombre suffisant de spermatozoïdes, dans chacune des gouttes de culture. Toutes les autres étapes du traitement, de la stimulation à la surveillance des ovaires, en passant par le prélèvement des ovocytes, la culture des embryons et le transfert de l’embryon dans l’utérus, restent inchangées dans les deux techniques. L’ICSI est une technique PMA excellente en cas d’infertilité masculine

La mise en fécondation (Jour 0) :

Dans la technique de l’ICSI, les ovules sont extraits par ponction et aspiration des follicules. Une fois extraits, les ovules sont maintenus en culture pendant quelques heures et pendant ce temps, le sperme est préparé afin d’extraire les spermatozoïdes mobiles. Les ovules sont ensuite préparés en éliminant la couche externe de cellules qui les recouvre et, par micro-injection intracytoplasmique, en introduisant un spermatozoïde dans chaque ovocyte.

Le jour suivant la mise en fécondation (Jour 1) :

Le jour suivant le prélèvement des ovocytes, on vérifie la fécondation et on évalue le nombre d’ovocytes qui ont été correctement fécondés. Les jours suivants, les ovocytes fécondés subissent les divisions physiologiques caractéristiques d’un développement embryonnaire correct, jusqu’au moment où, en sélectionnant les embryons présentant les meilleures caractéristiques de développement, ils sont transférés dans l’utérus.

Le transfert d’embryon

La vitrification

Actuellement, les embryons et les ovocytes sont congelés en les plaçant en contact direct avec de l’azote liquide ; la capacité à survivre à la vitrification dépend du degré de déshydratation cellulaire et de la vitesse de décongélation, plutôt que du type de cryoprotecteur utilisé. La vitrification est la meilleure stratégie disponible pour la cryoconservation à différents stades du développement, de l’ovocyte mature à l’embryon jusqu’au stade du blastocyste.

La vitrification embryonnaire

La technique de vitrification embryonnaire consiste en une congélation rapide de l’ordre de -15 000 °C par seconde. Les résultats de la vitrification se mesurent en taux de survie, en fonction de la capacité de l’embryon à résister au processus de congélation et de décongélation. Par conséquent, comme des embryons de haute qualité sont nécessaires, ils ne sont généralement pas tous vitrifiés. Une fois vitrifiés, les embryons sont conservés dans des conteneurs d’azote liquide à des températures proches de -196 °C.

La vitrification ovocytaire

Une fois vitrifiés, les ovocytes sont placés dans des paillettes à travers un système hermétique qui les empêche d’entrer en contact avec l’azote liquide dans lequel ils sont immergés pour être stockés, garantissant ainsi des conditions de sécurité maximales.

L’EmbryoScope®

L’embryoscope offre une technique de pointe en matière de reproduction assistée, indiquée pour la meilleure sélection de l’embryon à transférer dans l’utérus de la mère lors du processus de fécondation in vitro.

La sélection de cet embryon s’effectue grâce à cet incubateur d’embryons artificiels qui permet de voir l’état de l’embryon toutes les 15-20 minutes, 24 heures sur 24. Grâce à cela, le spécialiste peut voir, presque en direct, le rythme de la division cellulaire de l’embryon sans avoir besoin de soumettre l’embryon lui-même à une situation stressante.

La période d’observation de l’embryon peut être effectuée entre 3 et 5 jours, ce qui permet de prévenir d’éventuels échecs dans le choix des embryons à transférer dans l’utérus maternel. De cette manière, les chances de réussite de tous les traitements de fécondation in vitro sont améliorées de manière exponentielle.

Devis gratuit