chirurgie-réfractive

Corriger la myopie avec la chirurgie réfractive

La myopie est un trouble de la vue fréquent

La myopie est le trouble oculaire le plus courant et son incidence varie considérablement dans le monde. Elle touche 30 % de la population européenne, tandis qu’en Asie, les taux atteignent 80 à 90 %. Le défaut opposé à la myopie est l’hypermétropie, le défaut de réfraction qui existe lorsque les rayons lumineux convergent au-delà de la rétine. Les hypermétropes voient donc bien de loin et moins bien de près.

La myopie apparaît à l’âge scolaire, lorsqu’on demande aux enfants de lire et donc de tester leur vision.

Le port des lunettes et des lentilles en cas de myopie

La myopie reconnaît un traitement correctif initial dans l’utilisation de lunettes. Ce système est pratiquement le seul viable pour les enfants. Pour un jeune enfant, les lunettes peuvent entraîner des problèmes d’acceptation.

Si la myopie est grave, il se peut qu’il ne soit pas possible de la corriger avec des lunettes. Dans ce cas, le verre doit avoir une puissance dioptrique élevée, ce qui entraîne inévitablement des distorsions dans la zone la plus externe du champ visuel et la nécessité de porter des verres particulièrement lourds et inesthétiques. Pour toutes ces raisons, l’ophtalmologiste peut recommander des lentilles de contact aux patients atteints de myopie sévère. L’utilisation de lentilles de contact, qui nécessite le respect de règles d’hygiène très strictes afin d’éviter des infections oculaires dangereuses et des précautions particulières pour ceux qui font du sport, est incompatible avec les âges inférieurs à l’adolescence.

Quand avoir recours à la chirurgie réfractive en cas de myopie ?

Le laser est-il adapté à corriger la myopie ?

Dans les cas les plus problématiques de myopie, on peut avoir recours à la chirurgie réfractive. Les résultats de cette approche ne sont toutefois pas toujours stables dans le temps et ne peuvent pas remplacer complètement le port de lunettes.

Les techniques laser donnent des résultats satisfaisants pour les défauts légers et moyens, mais pas pour les sujets présentant des défauts de réfraction plus prononcés. Le mécanisme d’action du laser est basé sur la rupture des liaisons moléculaires provoquée par la libération de l’énergie qui lui est associée. Le laser vaporise des couches très fines de la cornée, amincissant cette structure anatomique par une action très sélective qui épargne les tissus environnants. La technique fonctionne avec une grande précision : pour la correction d’une myopie de 3 dioptries, environ 60 microns de tissu cornéen sont généralement retirés.

Le but de l’opération est de modifier la courbure et l’épaisseur de la cornée et donc son pouvoir de réfraction. De cette façon, les images peuvent être projetées sur la rétine.

Quel laser est utilisé pour la myopie ?

Les lasers excimers sont utilisés pour corriger la myopie, avec des techniques choisies en fonction du degré de myopie et de l’épaisseur de la cornée, telles que :

  • PRK : la photoablation cornéenne superficielle est une technique qui agit superficiellement, notamment sur la face antérieure de la cornée. Il s’agit d’une méthode qui consiste à remodeler la cornée afin de corriger le défaut visuel. Le temps de récupération est généralement plus long qu’avec la technique Lasik car l’intervention est plus superficielle mais couvre une plus grande surface. Après l’intervention, le patient peut ressentir une douleur ou un simple inconfort.
  • Lasik : cette méthode agit sur les couches plus profondes. Il s’agit d’une technique caractérisée par la précision, la contrôlabilité et une plus grande personnalisation, qui permet de traiter des troubles moins paradigmatiques. Le chirurgien utilise le laser femtoseconde pour pratiquer une incision lamellaire semi-circulaire, qui lui permet de soulever une fine couche de tissu pour permettre au laser excimer d’agir sur la partie sous-jacente. La période post-opératoire est dans ce cas moins douloureuse et plus rapide en termes de récupération.

Dans les deux cas, les points de suture ne sont pas nécessaires.

La chirurgie laser de la myopie ne prévient pas les dommages dégénératifs dus à une forte myopie, car elle ne peut pas modifier les caractéristiques anatomiques de l’œil. En outre, il ne peut pas être utilisé pour corriger une myopie sévère.

Enfin, la chirurgie ne peut être utilisée que lorsque le défaut est stabilisé, c’est-à-dire à la fin de l’adolescence.

Pour une myopie de plus de 8-9 dioptries, une lentille intraoculaire correctrice (LIC) est implantée.

La prévalence de la myopie, les risques associés à la chirurgie et ses résultats, qui ne sont pas toujours stables dans le temps, sont des facteurs qui poussent au développement d’une approche pharmacologique. Le développement de médicaments potentiellement actifs sur la progression de la myopie comporte des aspects d’une grande complexité, notamment en raison du fait que les mécanismes qui sous-tendent l’allongement de l’œil ne sont pas encore totalement compris.

Devis Gratuit

En conclusion

Le traitement le plus simple et le plus immédiat de la myopie consiste à porter des lunettes, qui corrigent le défaut de réfraction. Pour les défauts majeurs, il est possible d’utiliser des lentilles de contact pour éviter les lentilles lourdes et inesthétiques. La myopie peut être traitée chirurgicalement, soit avec un laser excimer, soit par l’implantation d’une lentille intraoculaire.

Le traitement de la myopie dépend de l’étendue du défaut et de l’âge de l’individu. La chirurgie n’est envisageable que lorsque le défaut est stabilisé et donc à la fin de l’adolescence. Pour corriger une myopie sévère, les médecins préfèrent généralement utiliser des lentilles intraoculaires. Passer beaucoup de temps à l’extérieur, lire à la bonne distance du livre ou de l’écran du smartphone et éviter la fatigue oculaire sont des habitudes qui peuvent réduire le risque de développer une myopie.