ballon intragastrique

Ce que vous devez savoir sur le ballon intragastrique

Il existe plusieurs types de ballon intragastrique

Désormais de nos jours il y plusieurs types de ballons intragastriques sur le marché qui, en fonction de l’IMC du patient, peuvent contenir plus ou moins de solution saline et dont la durée peut être de 6 ou 12 mois.

Ils seront toujours insérés et retirés par endoscopie, à l’exception de des ballons gastriques Elipse et Allurion qui se dégonflent et sont expulsés naturellement du tube digestif.

Ce sera toujours le chirurgien qui décidera et indiquera au patient quel ballon intragastrique sera le plus approprié en fonction de son cas clinique.

Les principaux types de ballons intragastriques sont :

  • Des ballons intragastriques qui durent 4 mois :
  • Elipse : indiqué pour les personnes ayant un IMC de 27-35 500cc de solution saline
  • Des ballons intragastriques qui durent 6 mois :
  • Medsil : destiné aux personnes ayant un IMC de 27-35 600cc de solution saline
  • Orbera : destiné aux personnes ayant un IMC de 27-35 500-170cc de solution saline
  • Des ballons gastriques qui durent un an :
  • Spats : conçus pour les patients ayant un IMC de 27-35 500-700cc de solution saline
  • Orbera355 : conçu pour les personnes ayant un IMC de 30-40 500-170cc de solution saline.

La mise en place du ballon intragastrique est une procédure simple

Le ballon intragastrique est placé par voie endoscopique, par gastroscopie, sous sédation. Certains centres pratiquent l’intervention sous anesthésie générale. Le ballon intragastrique dégonflé, contenu dans une gaine, est relié à un cathéter de positionnement en silicone d’un diamètre externe de 6,5 mm, lui-même relié par un connecteur à un système de remplissage. Un guide métallique est inséré dans le cathéter en silicone pour en augmenter la rigidité. Le ballon est inséré vide dans l’estomac, puis rempli d’environ 500 à 700 cc de solution saline stérile mélangée à 2 cc de bleu de méthylène. La conception extensible permet divers ajustements du volume de remplissage au moment de l’insertion, de 400 cc à 700 cc. Une valve auto-obturante permet de se détacher des cathéters externes.

La première étape de la procédure consiste en un examen endoscopique minutieux de l’œsophage et de l’estomac. S’il n’y a pas de contre-indications locales, l’endoscope est retiré et le cathéter à ballonnet est doucement inséré dans l’œsophage jusqu’à ce qu’il atteigne l’estomac. La petite taille du cathéter de positionnement permet de réintroduire l’endoscope pour observer les étapes du remplissage. Une fois que le ballon a franchi le sphincter œsophagien inférieur et que sa localisation endogastrique a été confirmée, le guide métallique est retiré. Le ballon est rempli, puis une légère aspiration est appliquée sur le cathéter de positionnement. Le vide ainsi créé provoque la fermeture de la valve, empêchant l’aspiration du liquide. Le ballonnet est libéré en tirant doucement sur le tube de remplissage alors que le ballonnet est contre l’extrémité de l’endoscope ou le sphincter oesophagien inférieur. On continue à tirer le tube de remplissage jusqu’à ce qu’il soit sorti de la valve auto-obturante. Après la libération, le positionnement correct du ballon est vérifié par endoscopie.

Devis Gratuit

Les suites opératoires du ballon intragastrique sont peu douloureuses

Pendant les premiers jours après la mise en place du ballon intragastrique, le patient peut se sentir mal et présenter des symptômes tels que des vomissements, des diarrhées, des crampes, des nausées ou des ballonnements.

Pendant les 72 premières heures, le patient doit suivre un régime liquide, de préférence pendant la première semaine, et ne doit pas boire de boissons gazeuses ou d’alcool en raison de leur teneur en gaz et en alcool. Les médecins recommandent d’éviter la consommation d’alcool pendant toute la durée du traitement.

À partir de la deuxième semaine après la mise en place du ballon intragastrique, vous pouvez commencer à manger des aliments tels que de la purée de pommes de terre ou des légumes, et à partir de la troisième semaine, vous pouvez commencer à manger des aliments solides.

Il est conseillé de toujours boire beaucoup d’eau, en évitant cette action pendant les repas.

Les médecins déconseillent toute activité physique pendant la première semaine.

Le ballon intragastrique est une intervention sûre

Le ballon intragastrique est un traitement sûr qui minimise les complications postopératoires, mais il est possible que le patient connaisse :

  • Nausées
  • Diarrhée
  • Ballonnements
  • Crampes abdominales
  • Lésion de l’œsophage
  • Reflux gastro-œsophagien
  • Obstruction intestinale
  • Irritation du pharynx

Le ballon intragastrique étant un traitement sûr, il existe un faible risque de rupture.

Dans le cas ou la rupture du ballon intragastrique devrait se produire, l’urine sera de couleur bleue en raison de la couleur de la solution saline à l’intérieur du ballon et vous devez contacter votre médecin dès que possible pour retirer le ballon intragastrique afin d’éviter une occlusion intestinale.

La perte de poids avec le ballon intragastrique n’est pas temporaire

La mise en place du ballon intragastrique n’est pas d’un traitement permanent et les chirurgiens l’utilisent généralement pour vous aider à perdre du poids avant une chirurgie bariatrique.

Si vous conservez vos habitudes alimentaires d’avant le traitement, l’obésité reviendra, c’est pourquoi il est recommandé d’être toujours suivi par un nutritionniste.

Les candidats idéaux pour le ballon intragastrique ne sont pas forcément obèses

Les candidats idéaux pour le ballon intragastrique sont tous ceux qui souffrent d’obésité sévère et ne parviennent pas à perdre du poids par des tentatives classiques comme le sport, les régimes ou les médicaments, et qui ont un IMC (indice de masse corporelle) supérieur à 35.

Ce traitement est également choisi par les chirurgiens pour réduire considérablement le poids des personnes qui doivent ensuite subir une réduction de poids chirurgicale.

Le ballon gastriqueJ n’est pas indiqué pour les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes souffrant de maladies gastro-intestinales, de la maladie de Chron, de reflux gastro-œsophagien, les patients prenant des anticoagulants ou ceux souffrant de maladies du foie.

Quels sont les avantages du ballon intragastrique ?

  • Pas besoin de chirurgie, d’endoscopie* ou d’anesthésie.
  • Sensation constante de plénitude
  • Perte de poids moyenne de 10 à 15 kg en 16 semaines
  • Perte moyenne de poids corporel de 10 à 15 % en 16 semaines
  • Positionnement en 15 minutes
  • 95% de perte de poids maintenue après 1 an
  • Programme complet de 6 mois
  • Kit de contrôle des résultats